Club de Lecture
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-45%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go /1 To
1099.99 € 1999.99 €
Voir le deal

Aller en bas

Votre avis

4 - 67%
1 - 17%
0 - 0%
1 - 16%
0 - 0%
 
Total des votes: 6
 
Michou
Michou
Plume de cashmere
Plume de cashmere
Féminin Age : 45
Messages : 1049
Date d'inscription : 31/01/2012
LocalisationQuelque part dans ma tête...
http://michelebeckstudio.over-blog.com/

37,2° LE MATIN de Philippe Djian Empty 37,2° LE MATIN de Philippe Djian

Lun 2 Avr 2012 - 23:50
37,2° LE MATIN de Philippe Djian 41b16j10


Résumé

«Betty était allongée sur le lit. Elle était tout habillée, elle me tournait le dos. [...] Putain de merde je me suis dit tout au fond de moi en la regardant respirer. Le silence ressemblait à une pluie de paillettes tombant sur une tartine de colle. On avait toujours pas échangé un mot.» Betty est entrée dans sa vie, valise en main, un matin, et elle était la plus belle. Pour elle, il était le plus grand écrivain de sa génération. C'est que Betty a des exigences de vie que l'écrivain sans éditeur s'essaie à combler. Sans répit, ils se lancent dans une histoire qui refuse toute médiocrité. Pourtant les galères s'enchaînent, à croire qu'il est des gens qui n'ont pas le bonheur facile. Alors, il faut l'arracher à la vie, ce bonheur, à s'en abîmer les ongles, à force d'être à fleur de peau.


377 pages
J'ai lu
4 Mai 1978
6,20 €

Melusine
Melusine
Plume de cashmere
Plume de cashmere
Féminin Age : 37
Messages : 1953
Date d'inscription : 28/02/2011
LocalisationBourgogne
http://mabouquinerie.canalblog.com

37,2° LE MATIN de Philippe Djian Empty Re: 37,2° LE MATIN de Philippe Djian

Mar 3 Avr 2012 - 18:05
Mon avis: Dans une petite station balnéaire désertée par les vacanciers, Betty débarque, valise à la main. Elle est belle, il en est dingue. Sauf que pour Betty, la vie doit se vivre à fond, être palpitante, la faire vibrer. Lui, ce qu’il veut, c’est surtout être tranquille et ne pas trop attendre de la vie. Mais ce qu’il veut avant tout, c’est Betty. Le sourire de Betty. Le bonheur de Betty. Et lorsqu’elle découvre qu’il a noirci des pages et des pages, qu’elle trouve ce qu’il écrit passionnant, elle décide qu’il est le meilleur. Qu’elle l’admire, et que tout le monde doit l’admirer aussi. Elle entreprend de taper le manuscrit, et de l’envoyer aux éditeurs. Mais les refus se succèdent, le rêve tarde à se réaliser, et en attendant, il faut se loger et manger. Le propriétaire de la station qui le loge gracieusement contre des menus travaux décide que la fille ne doit pas habiter à l’oeil et n’hésite pas à en profiter. Alors pendant que Betty court les éditeurs, il travaille d’arrache-pied pour qu’elle soit tranquille. Mais il semblerait que quels que soient leurs rêves et leurs efforts, rien ne semble vouloir bien tourner pour eux.

Accrochez-vous, ça décoiffe! Betty, c’est une tornade de sensualité, d’imprévisibilité, d’obstination et d’idéalisme. Elle veut que ça bouge, elle sait que les choses peuvent avoir de l’intensité, et elle fait tout pour, et surtout tout pour punir ceux qui lui mettrait des bâtons dans les roues, ceux qui exploitent les autres, ceux qui manquent de respects aux petites gens qui se démènent avec ce qu’ils ont. Elle est à claquer, elle est à secouer, elle est à ramener sur terre et pourtant, j’ai été profondément touchée par cette fille qui veut juste du soleil, du rêve, de l’amour, de la fierté, la belle vie. Et qui n’hésite pas à vandaliser, à mettre le feu, à frapper, dès que quelqu’un se met en travers de sa route ou envisage même de la prendre pour la moins que rien qu’elle ne veut surtout pas, surtout plus être. Quant au narrateur de l’histoire, lui, on a carrément envie de lui poser une main compatissante sur l’épaule. Lui qui ne veut que boire sa bière tranquillement devant son bungalow se retrouve à trimer comme un fou, à essayer de comprendre une Betty lunatique et insaisissable, à se mettre en quatre pour lui décrocher un sourire, à se détruire pour la rendre heureuse et pour être heureux avec elle. Tout lui retombe sur le coin de la figure. J’ai été soufflée par ce mélange du prosaïsme le plus bas, jusque dans le style, jusque dans le langage, et ce désir d’idéal, absolu pour Betty, limité à Betty pour lui. Car ce qui est touchant dans ces personnages, c’est que aussi insupportables soient-ils, aussi médiocres soient-ils, aussi fous soient-ils, ils sont absolus, ils sont admirables par leur volonté même de chercher le bonheur, et pathétiques dans leur incapacité à accorder leur notion du bonheur. Bref, c’est un régal, on les suit jusqu’au bout avec avidité.

Ma note: 5/5
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum