Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis ?

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_lcap50%LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_lcap50%LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_lcap0%LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_lcap0%LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_lcap0%LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Jennifer3121990 le Lun 24 Sep 2012 - 17:35

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki La-tom11

Résumé

C'est avec ces deux récits admirables et particulièrement bouleversants, couronnés en 1968 par le prix Naoki, l'une des plus hautes distinctions littéraires, que Nosaka conquit la notoriété. Peu de temps auparavant, Mishima avait applaudi à son premier roman : Les Pornographes, roman scélérat enjoué comme un ciel de midi au-dessus d'un dépotoir. La Tombe des lucioles, visionnaire et poignant : l'histoire d'un frère et d'une soeur qui s'aiment et vagabondent dans l'enfer des incendies tandis que la guerre fait rage et que la faim tue. Voici une prose étonnante, ample, longue, proustienne dans le sens qu'elle réussit à concentrer en une seule phrase des couleurs, odeurs et dialogues, mais prose très violente, secouée de mots d'argot, d'expressions crues, qui trouvent ici une beauté poétique et nouvelle, d'images quasi insoutenables - prose parcourue d'éclairs.

139 pages
1967, 1968 par Nosaka Akiyuki
1988, 1995 Unesco pour la traduction française et l'introduction
1988, 1995 Editions Philippe Picquier
6€ , www.editions-picquier.fr
En couverture : l'Enfant au pâté de sable, 1894-1895, de Pierre Bonnard.

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Awalie le Lun 24 Sep 2012 - 20:07

Je ne connais pas le livre, mais j'ai adoré "Le tombeau des Lucioles" de Isao Takahata (Studios Ghibli).
Je suppose qu'il s'agit de la même histoire... Et elle est aussi poignante que superbe ! Very Happy
Awalie
Awalie
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 38
Messages : 903
Date d'inscription : 23/04/2012
Localisation Nantes
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : J'adore m'évader du quotidien par l'imaginaire : Romans, BD, Films, jeux... Tout y passe !^^

http://boite-a-evasion.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Jennifer3121990 le Lun 24 Sep 2012 - 20:28

Mon avis :

La Tombe des Lucioles se présente comme un recueil de deux nouvelles : La Tombe des Lucioles et Les Algues d'Amérique.

> La Tombe des Lucioles

D'une grande qualité littéraire, cette nouvelle d'une quarantaine de pages est bouleversante. Je sors de cette lecture heureuse, car j'ai découvert un excellent texte. Mais j'en sors également meurtrie, happée par la violence des bombardements et de leurs conséquences dramatiques. Je lisais ce texte et les mots s'effaçaient : j'entendais les bombes, j'entendais les pleurs, je contemplais les victimes de cette guerre. Je voyais deux enfants, perdus dans cet amas de bruits, de ruines, cet amas d'horreur.

Les premières pages nous présentent un homme qui n'en est déjà plus un. Agonisant dans sa saleté, dans sa puanteur, sur le sol d'une gare, la vie s'échappe peu à peu de ce misérable individu - et déjà les passants ne le voient plus.

"Mais déjà la faim n'était plus, la soif n'était plus, la tête pendait lourdement sur la poitrine, "Pouah, c'est dégueulasse!", "Ptêt ben qu'il est mort", "Quelle honte, laisser traîner ça dans la gare alors qu'les Américains peuvent arriver d'une minute à l'autre", ses oreilles qui seules tenaient encore à la vie pouvaient distinguer toute une variété de bruits (...)"

S'ensuit une analepse de quelques mois, un retour en arrière nécessaire pour comprendre ce qui a placé ce jeune adulte dans une situation si tragique.

La plume de l'auteur pourrait évoquer celle de Proust. Les phrases sont longues et d'une richesse incroyable. Et pourtant, elles m'ont parue trop courtes. Car en une seule phrase il y a tant de violences, de souffrances, d'espoirs que l'on se sent presque agressé. Le lecteur est pris au piège de cette guerre. La traduction est magnifique, car Patrick De Vos est parvenu à rendre avec justesse à ce texte son vocabulaire travaillé, les adjectifs collent à la réalité et le langage des protagonistes - souvent rude et sans détour - est le miroir de cette réalité : 1945, les bombardements près d'Osaka, au Japon.

Et lorsque dès les premières pages, le lecteur apprend le funeste destin des deux enfants, le ton est donné. Lire la suite, c'est découvrir les tourments de la guerre et les tentatives de ces deux gosses pour survivre malgré les bombardements, malgré les destructions, malgré la perfidie et la noirceur humaine.

"Ils étaient habitués aux ténèbres du black-out, mais la nuit de la cave était bien plus noire encore; quand ils se glissèrent sous la moustiquaire accrochée aux tais, ils n'eurent plus qu'à s'en remettre au bourdonnement étourdissant des moustiques pullulant à l'extérieur, d'instinct ils se blottirent l'un contre l'autre, Seita serrant les pieds nus de Setsuko contre le bas de son ventre, une fièvre monta soudain en lui, lancinante, il ressera encore son étreinte, "Tu m'fais mal, Seita!", elle était terrifiée."

> Les Algues d'Amérique

Bien que l'écriture soit toujours de qualité, et le style ainsi que le vocabulaire tout à fait adaptés au contexte, le schéma narratif de cette seconde nouvelle est très différent de la précédente : il s'agit d'une nouvelle brillamment écrite, mais j'ai éprouvé des difficultés à la terminer, voire à m'y intéresser dès les premières pages.

En résumé, il s'agit d'un couple de japonais ayant vécus la guerre de 45 alors qu'ils étaient adolescents : les blessures psychologiques de Toshio, l'époux, ne sont pas tout à fait guéries et il ne peut vivre sans repenser aux épisodes douloureux de son passé. Son épouse, Kyoko, vit au présent et n'aime absolument pas évoquer les traumatismes de son pays. Lors de vacances à Hawaï avec son enfant, celle-ci a rencontré un couple d'américains aisés qui se sont montrés très généreux. Lorsque ces américains, les Higgins, vont s'inviter au Japon, Kyoko ne se sentira plus de joie : apprentissage accéléré de l'anglais, nettoyage et rangement de la demeure, achats démesurés de nourriture, mise en place d'un emploi du temps touristique pour ses bienfaiteurs : rien ne sera trop beau. Toshio vivra très mal ces préparatifs : alors que ses souvenirs l'obsèdent, il va également éprouver de la colère face à l'arrivée imminente du couple. Cependant, à l'aéroport, cette colère et son obstination de ne pas prononcer un seul mot en anglais se transforment en peur : M. Higgins parle et comprend très bien le japonais ! Honteux, Toshio, qui ne s'attendait absolument pas à cela, se jette sans réfléchir dans la conversation et aligne quelques mots d'anglais... Finalement, il passera ses journées avec l'américain, souhaitant à tout prix - au sens propre et figuré ! - lui prouver que le Japon est un beau pays.

Malgré leur utilité, je n'ai pas apprécié d'être noyée dans les pensées de Toshio. Les souvenirs passés se mélangent constamment avec le présent et ses sentiments face à l'arrivée des américains. Une manière d'écrire efficace, puisque l'on cerne très bien la personnalité instable de Toshio, un Être traumatisé par les américains de 1945. Malheureusement, ce style est beaucoup trop brouillon pour moi : j'ai besoin que le texte soit aéré, qu'une certaine typographie soit respectée. J'aime avoir des repères. Ici, volontairement, les repères temporels sont effacés et le lecteur est véritablement emporté dans un flot de souvenirs et de réflexions personnelles.

"V'là pas que ça recommence, s'était-on dit avec un petit sourire en souvenir du prof de lettres chinoises dont les cours, il y a deux mois encore, se passaient uniquement à prêcher : "A l'heure de l'ultime combat, les dieux nous sauveront de l'invasion", et qui écrivant alors au tableau : "AngloSaxons = Démons assoiffés de sang", débordait tellement de rage, qu'on attendait dans les crissements stridents de la craie, le moment où elle allait se casser."

Malgré ce défaut, j'ai souhaité m'accrocher et terminer ma lecture car c'est un texte intéressant : en effet, Akiyuki Nosaka livre au travers de celui-ci un état des lieux du Japon de 1945. Des cours d'anglais négligés et changeants, selon que le Japon soit en guerre ou vaincu, aux efforts dramatiques des américains pour nourrir un peuple en souffrance : les souvenirs de Toshio permettent d'explorer des facettes de la guerre ignorées dans La Tombe des Lucioles.

"Fromage ou abricots? Ça nous connaissait, ces cartons kaki, pas un grain de riz, rien que des vivres américains; les abricots secs, on n'aimait pas, mais le fromage c'était nourrissant, et même fameux dans le bouillon de miso; sous nos yeux, le marchand de riz éventra les caisses avec un couteau, des petits paquets emballés d'un magnifique papier rouge et vert apparurent, pour prévenir nos questions dubitatives, il annonça : "Cette fois, à la place du riz, ce sera du chewing-gum. La ration de sept jours. C'est ça, c'est boîtes", il en sortit une, on aurait dit un coffret à bijoux : trois jours de vivres.

D'une écriture plus légère, Akiyuki Nosaka met également en exergue le comportement ridicule des japonais face aux américains, à la fois détestés et craints. L'écrivain s'amuse à caricaturer les faiblesses d'un peuple traumatisé, ce que j'ai trouvé à la fois amusant et affligeant. Toshio fait des efforts de plus en plus démesurés pour que son visiteur américain apprécie le Japon : s'il s'agit au départ de le distraire, cette ambition prend une dimension grotesque, devenant pour Toshio comme un devoir. M. Higgins doit absolument, peu importe ce que cela coûtera, capituler et avouer la beauté du Japon. Un combat singulier, mais qui en dit beaucoup sur les répercussions psychologiques de la guerre. Je regrette le caractère obscène des dernières pages, qui a achevé de me lasser. Une nouvelle que je ne relirai pas, mais qui est tout de même bien écrite.


Ma note :

5/5 pour La Tombe des lucioles,
3/5 pour Les Algues d'Amérique.


Dernière édition par Jennifer3121990 le Ven 28 Sep 2012 - 18:25, édité 3 fois

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Jennifer3121990 le Lun 24 Sep 2012 - 20:31

Awalie a écrit:Je ne connais pas le livre, mais j'ai adoré "Le tombeau des Lucioles" de Isao Takahata (Studios Ghibli).
Je suppose qu'il s'agit de la même histoire... Et elle est aussi poignante que superbe ! Very Happy

Je confirme ! Il s'agit bien de cette histoire... La version animée est plus douce que le livre, d'après les commentaires que j'en ai lu. Je viens de télécharger en location le film, je pense le regarder ce soir ou demain ! Nosaka Akiyuki a toujours refusé une adaptation en film, préférant l'animation qu'il jugeait plus efficace pour adapter cette histoire qui est en fait une presque autobiographie...

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Phèdre le Lun 24 Sep 2012 - 22:19

Je ne dirais pas que ce roman est "d'une grande qualité littéraire" car il est écrit dans un registre très familier et parfois vulgaire, ce qui surprend vraiment quand on connaît l'adaptation de Takahata "Le Tombeau des Lucioles" ("Tombeau" devait rendre mieux pour un film mais le terme initial est bien "tombe"). Il est cru et n'épargne rien. Cela ne change rien au fait que l'histoire soit déchirante, l'approche est simplement différente. Le film d'animation est plus lyrique si j'ose dire, car nous avons un Seita poli, bien élevé, gentil, en un mot : modèle. Sa mort atroce dès le début du film glace le sang et déchire le coeur. Bien évidemment, Seita ne meurt pas dans le roman puisque celui-ci est autobiographique. Nous y retrouvons une détresse commune, une beauté semblable mais le personnage principal y est quelque peu différent de part ses manières et son langage. La vie pendant la guerre y est peut-être plus réaliste que dans le film. Il n'empêche que les deux sont très poignants ! J'ai apprécié cette lecture différemment du film mais tous les deux m'ont laissé le même goût amer concernant l'humanité. Un bel ouvrage sur la déchéance d'une famille et l'amour fraternel pendant Hiroshima.

PS : Je possède l'édition illustrée de chez Philippe Picquier qui est absolument sublime et que je vous conseille.
Phèdre
Phèdre
Plume de lin
Plume de lin

Féminin Age : 23
Messages : 45
Date d'inscription : 06/04/2012
Localisation Bordeaux
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Etudiante

https://silenthings.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Awalie le Lun 24 Sep 2012 - 23:07

Je tiens à préciser que "Le tombeau des lucioles" reste à ce jour le seul et unique film d'animation qui m'a touchée à ce point et fait pleurer à chaudes larmes ! (Ce dont je ne me doutais guère lorsque j'ai loué ce "manga" à l'époque Rolling Eyes )

Je pense que si le livre est plus dur encore, il y a de fortes chances pour que je ne le lise jamais... ^^" (J'ai jamais fini "Le pianiste" car trop éprouvant, donc je crois que ça ferait la même chose pale
Awalie
Awalie
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 38
Messages : 903
Date d'inscription : 23/04/2012
Localisation Nantes
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : J'adore m'évader du quotidien par l'imaginaire : Romans, BD, Films, jeux... Tout y passe !^^

http://boite-a-evasion.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Jennifer3121990 le Mar 25 Sep 2012 - 10:47

Phèdre a écrit:
Je ne dirais pas que ce roman est "d'une grande qualité littéraire" car il est écrit dans un registre très familier et parfois vulgaire,(...) Bien évidemment, Seita ne meurt pas dans le roman puisque celui-ci est autobiographique. (...)

PS : Je possède l'édition illustrée de chez Philippe Picquier qui est absolument sublime et que je vous conseille.

Coucou,
Je reprends ce que tu as écrit,
Pardonne moi de te contredire, mais on ne juge pas la qualité littéraire d'un livre au registre de langage qu'il utilise !
Le registre est utilisé pour donner un certain caractère aux personnages, pour coller au contexte, pour faire ressentir parfois certains sentiments qui ne seraient pas les mêmes sous un autre registre... Bref, les raisons en sont multiples et je pense qu'ici, le langage familier, parfois rude, parfois à la limite du vulgaire, est un choix judicieux. Si tu relis le livre, tu constateras que ce registre est utilisé pour les dialogues. Les descriptions ne sont pas rédigées de la même manière. C'est un mélange de registres, un mélangeant surprenant et j'ai envie décrire, décapant. C'est ce qui rend ce livre si précieux, c'est ce qui permet à cet écrit de coller à la réalité et d'être aussi "poignant"...
Certains auteurs classiques ont eux aussi utilisés ce registre, et leurs oeuvres sont d'une grande qualité.

Je ne doute pas que ta version illustrée soit très agréable...Mais il ne faudrait pas que les illustrations remplacent le texte Wink car tu te trompes, dans la version écrite, Seita meurt. Explicitement ! Dès le début. Et, cette mort est rappelée en dernière ligne de l'ouvrage.
Dans ma version, 5ème page de la nouvelle : "Seita expira..." Ensuite vient l'analepse, qui progressivement rejoint les premières pages du livre, jusqu'à cette phrase de fin : "Dans l'après-midi du 22 septembre 1945, Seita, crevé comme un chien dans l'enceinte de la gare de Sannomiya, fut incinéré avec vingt ou trente cadavres d'autres petits vagabonds, dans un monastère au-dessus de Nunobiki, et ses ossements furent ensuite déposés au colombarium, comme restes d'un mort inconnu."

lire

Tu fais encore erreur quand tu écris que ce roman est autobiographique. C'est une semi autobiographie, à la rigueur, mais pas une autobiographie complète. Je crois que l'on appelle cela une fiction autobiographique. L'auteur n'est pas le personnage principal. Cependant, son écrit s'inspire de ce qu'il a lui même vécu, notamment la guerre, la famine et la mort de sa petit soeur. Il y a de nombreux points communs entre Seita et l'auteur... Mais également des différences ! Tu trouveras ICI quelques informations sur sa biographie, et il y a également, sur la même page, un autre avis à propos de ce texte !

Enfin, je ne trouve pas que cet ouvrage soit véritablement à propos de la déchéance d'une famille, car la mort de sa mère n'est pas mise au premier plan, du moins dans le texte. Les bombardements, les destructions, l'attitude des victimes entres elles et les rationnements sont omniprésents... Je pense que cet ouvrage met en avant la perfidie des Hommes qui, même lorsqu'ils souffrent ensemble, ne sont pas capables de s'entre-aider - au détriment de ces deux enfants.


papoter

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Jennifer3121990 le Mar 25 Sep 2012 - 10:57

Awalie a écrit:Je tiens à préciser que "Le tombeau des lucioles" reste à ce jour le seul et unique film d'animation qui m'a touchée à ce point et fait pleurer à chaudes larmes ! (Ce dont je ne me doutais guère lorsque j'ai loué ce "manga" à l'époque Rolling Eyes )

Je pense que si le livre est plus dur encore, il y a de fortes chances pour que je ne le lise jamais... ^^" (J'ai jamais fini "Le pianiste" car trop éprouvant, donc je crois que ça ferait la même chose pale

Very Happy
J'ai vraiment hâte de voir ce film d'animation ! Cet après-midi je pense, si mon fils est sage Razz

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Jennifer3121990 le Ven 28 Sep 2012 - 18:26

J'ai publié, plus haut, mon avis sur la seconde nouvelle : Les Algues d'Amérique ! up up

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par titecam le Sam 6 Oct 2012 - 15:19

Je n'ai jamais lu le livre mais j'ai vu le dessin animé japonais sur cette histoire.
C'est une histoire très poignante en effet. J'ai beaucoup aimé et franchement je ne pleure pas beaucoup devant des films et là je n'ai pas pu me retenir.

Quelque chose que j'ignorais c'était qu'il y avait un livre sur cette histoire et qu'elle soit vrai.

Je trouve qu'il y a pas mal de valeurs racontées: comme la solidarité entre frère et soeur .

C'est à lire et à voir car c'est important de ne pas faire l'impasse sur ce qui s'est passé pendant la guerre surtout pour les populations qui se retrouvaient victimes de tout ces combats.
titecam
titecam
Plume de laine
Plume de laine

Féminin Age : 24
Messages : 82
Date d'inscription : 14/05/2011
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Mes loisirs: lire, lire et relire.... mais aussi beaucoup de film et série. J'écoute beaucoup de musique mais surtout des BO de film et des musiques instrumentales. Par dessus tout j'adore mon sport la GR j'y passerais ma vie dans le club si je pouvais.

Revenir en haut Aller en bas

LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki Empty Re: LA TOMBE DES LUCIOLES de Nosaka Akiyuki

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum