Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aimé ce livre?

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_lcap0%PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_lcap50%PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_lcap50%PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_lcap0%PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_lcap0%PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Empty PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard

Message par Cali le Jeu 22 Mar 2012 - 13:51

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  97827411

Résumé

En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu'il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l'édification du tombeau, à Rome.
Mais comment ne pas répondre à l'invitation du sultan Bajazet qui lui propose - après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci - de concevoir un pont sur la Corne d'Or ? Ainsi commence ce roman, tout en frôlements historiques, qui s'empare d'un fait exact pour déployer les mystères de ce voyage. Troublant comme la rencontre de l'homme de la Renaissance avec les beautés du monde ottoman, précis et ciselé comme une pièce d'orfèvrerie, ce portrait de l'artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l'acte de créer et sur le symbole d'un geste inachevé vers l'autre rive de la civilisation.
Car à travers la chronique de ces quelques semaines oubliées de l'Histoire, Mathias Enard esquisse une géographie politique dont les hésitations sont toujours aussi sensibles cinq siècles plus tard.


Broché
Paru le: 18 août 2010
Editeur: Leméac / Actes Sud
Nb. de pages: 153 pages

Cali
Cali
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 40
Messages : 5385
Date d'inscription : 13/05/2009
Localisation la tête dans les nuages mais les pieds dans la merde!
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : lecture, photo, bricolages manuels

http://calidoscope.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Empty Re: PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard

Message par angelebb le Jeu 22 Mar 2012 - 14:03

Deux mots de l'histoire...
*

Apellé au service du sultan Bajazet, Michel-Ange débarque à Constantinople le 13 mai 1506.
Il ne se doutera pas que se séjour aura un impact pour le reste de sa vie!

Mon avis
*

Dès les premières pages, j'ai plongé au coeur de la Renaissance avec pour compagnon, un des génies de son temps, Michel-Ange.
Certain de son génie mais humilié par les plus grands, la vie de l'artiste est tout en dualité. Cet état est retranscrit par la plume de l'auteur avec talent!

C'est beau, c'est poétique et ça se laisse lire et le manque d'actions ajoute à cette pesanteur. Ce n'est pas un livre qu'il faut lire en recherchant révélations et rebondissement car la seule présente est fictive!

J'ai été charmé par les ressentiments de Michel-Ange envers ce pays, la Turquie, dont il est réfractaire tout en étant hypnotisé par sa splenteur, ses charmes et son mode de vie si différente de son Italie natale.
Je me suis laissée emporter par l'histoire, le style de l'auteur dont l'écriture fluide et sans fioritures est parfaite pour cette histoire.
Mélé de faits historiques, j'ai apprécié survoler le travail de l'artiste au travers de son périple!

En conclusion: un petit livre dont le style poétique de l'auteur m'a charmé et plongé auprès d'un génie.

Extraits
*

p.79
"Il avait sa propre face en horreur, dit-on. On ajoute souvent que s'il recherchait la perfection du trait, la beauté dans les visages, c'est que lui-même en était totaelmtn dépourvu. Seule la vieilesse et la célébrité lui donneront, patine sur un objet au départ fort laid, une aura pareille. C'est peut-être dans cette frustration qu'onpourrait trouver l'énergie de son art; dans la violence de l'époque, dans l'humiliation des artistes, dans la révolte contre nature; dans l'appât du gain, la soif inextinguible d'argent et de gloire qui est le plus puissant des moteurs.
Michel-Ange cherche l'amour.
Michel-Ange a peur de l'amour tout comme il a peur de l'enfer.
Il détourne les yeux quand il sent le regard de Mesihi."


Mon ressenti 7/10
angelebb
angelebb
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 38
Messages : 250
Date d'inscription : 14/06/2011
Localisation PACA

http://angelebb.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Empty Re: PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard

Message par Invité le Dim 16 Oct 2016 - 17:21

Mon avis : Le premier chapitre s’ouvre sur « je », qui s’adresse à « tu ». Nous ignorons tout de leur identité et ce qui se joue entre ces deux protagonistes. Ceci sera un des fils conducteurs du roman, et le voile ne sera levé que dans les dernières pages. Puis nous retrouvons Michel-Ange, jeune Florentin fraîchement débarqué, plongé dans la ville de Constantinople, au XVIe siècle ; nous découvrons avec lui la cité, le marché, la vie dans ses rues… Leur façon de vivre est bien différente de celle de Michel-Ange qui, à Rome, devait construire le tombeau du pape. Mais face au manque de considération de ce dernier, il a accepté d’ériger un pont majestueux pour le sultan Bayazid, le Grand Turc, afin que celui-ci soit le reflet de la puissance byzantine. Léonard de Vinci s’y était essayé par le passé, mais Bayazid n’avait pas aimé son projet et l’avait refusé. Il n’en faut donc pas plus pour convaincre Michel-Ange, qui voit ici l’occasion de réussir là où Léonard de Vinci a échoué. En compagnie de Manuel, son traducteur et guide qui voue une véritable fascination à l’artiste lorsque ce dernier est en train de dessiner, et surtout de Mesihi, le secrétaire poète, il tentera de relever le défi.

Le personnage de Michel-Ange est très charismatique et ne peut qu’attiser l’intérêt du lecteur. En effet, ce sculpteur de renom est comparé au grand Léonard de Vinci, de vingt ans son aîné. Cependant, il existe une réelle rivalité entre ces deux artistes – du moins pour Michel-Ange –, et cela sera un vrai moteur pour lui : il veut réussir là où de Vinci a échoué. Mais Michel-Ange est aussi un fin observateur : il va prendre le temps de s’imprégner de la culture ottomane avant de se lancer dans l’élaboration de ce pont. Il est ébloui par ce qu’il y voit, comme les éléphants, les singes, ou encore le marché aux épices – Mesihi lui offrira d’ailleurs un bien étrange présent… Michel-Ange est émerveillé par la magnificence de Constantinople, et que ce soit en peinture ou en architecture, ce voyage va transformer à jamais le regard du futur artisan de la chapelle Sixtine. Différents personnages graviteront autour de lui, mais c’est avec Mesihi qu’il nouera une amitié sincère, bien que discrète. C’est ce dernier qui lui permettra de réellement découvrir les us et coutumes de la vie orientale, et qui sera son plus fidèle compagnon durant ce périple.

La plume de Mathias Énard est absolument divine. Il a une façon d’écrire qui est lyrique, et qui nous transporte. Dans ce livre, construit de très courts chapitres – ceux-ci faisant rarement plus de deux pages –, il semble prendre le lecteur par la main et le faire voyager dans le temps et l’espace pour l’amener aux côtés de Michel-Ange. Grâce à ses descriptions qui font appel à nos différents sens, nous avons l’impression de nous promener en compagnie des protagonistes dans les rues de la future Istanbul. Par ailleurs, comme indiqué dans la note de fin d’ouvrage, même s’il s’agit ici d’un récit fictif, il prend appui sur des sources bien réelles, dont les lettres de Michel-Ange à son frère, qui sont authentiques et que l’auteur a traduites avant de nous les retranscrire. Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants est donc un ouvrage très travaillé, aussi bien sur le fond que sur la forme, et Mathias Énard nous embarque de sa plume envoûtante pour cent soixante-dix pages qui résonneront longtemps en nous, tant l’écriture de l’auteur est exceptionnelle, chaque mot étant juste et semblant avoir été choisi avec un soin tout particulier.

À recommander : Aux amateurs de romans historiques.

Une citation : « La beauté vient de l’abandon du refuge des formes anciennes pour l’incertitude du présent. Michel-Ange n’est pas un ingénieur. C’est un sculpteur. On l’a fait venir pour qu’une forme naisse de la matière, se dessine, soit révélée. Pour le moment, la matière de la ville lui est si obscure qu’il ne sait avec quel outil l’attaquer. » (p. 62)

Ma note : 4/5

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard  Empty Re: PARLE-LEUR DE BATAILLES, DE ROIS ET D'ELEPHANTS de Mathias Enard

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum