Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

LES DIABOLIQUES de Jules Barbey d'Aurevilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

LES DIABOLIQUES de Jules Barbey d'Aurevilly

Message par Melusine le Sam 19 Mai 2012 - 12:15



Résumé

Quant aux femmes de ces histoires, pourquoi ne seraient-elles pas les Diaboliques ? N'ont-elles pas assez de diabolisme en leur personne pour mériter ce doux nom ? Diaboliques ! il n'y en pas une seule ici qui ne le soit à quelque degré. Il n'y en a pas une seule à qui on puisse dire sérieusement le mot de " Mon ange ! " sans exagérer. Comme le Diable, qui était un ange aussi, mais qui a culbuté, - si elles sont des anges, c'est comme lui, - la tête en bas, le... reste en haut !

373 pages
1874
4,56 €
EDITIONS Folio

avatar
Melusine
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 30
Messages : 1953
Date d'inscription : 28/02/2011
Localisation Bourgogne

http://mabouquinerie.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DIABOLIQUES de Jules Barbey d'Aurevilly

Message par Melusine le Sam 19 Mai 2012 - 12:17

Mon avis: Six longues nouvelles composent ce recueil. Au centre de chacune d'elle, une femme mystérieusement tentatrice et indéchiffrable.
Dans Le Rideau Cramoisi, un jeune soldat de dix-sept ans est hébergé chez un couple de bourgeois lorsque revient de pension Albertine, la fille de ceux-ci. Impassible, silencieuse, archiduchesse au-dessus de ce monde, elle va pourtant un soir, l'air de rien, lui prendre la main sous la table. Le jeune homme s'enflamme, en perd le sommeil, sa vie devient un affut, mais Albertine reprend son impassibilité.
Dans Le Bonheur dans le crime, le comte et la comtesse de Savigny attirent l'attention au Jardin des Plantes par leur attitude provocatrice devant la cage de la panthère. Un spectateur nous livre alors leur histoire: beaux, forts, parfaits, les deux jeunes gens étaient tombé amoureux, mais le comte avait déjà engagé un mariage. Qu'à cela ne tienne: ils imaginent un stratagème pour vivre leur amour heureux, même s'ils doivent aller jusqu'au crime.
Dans La vengeance d'une femme, un homme suit une prostituée exceptionnellement belle, et dont le visage lui semble familier. Une fois l'acte consommé, celle-ci se révèle: il s'agit de la comtesse de Sierra-Leone, qu'il avait bel et bien rencontré auparavant, et qui se livre à la prostitution pour traîner dans la boue le nom de son mari, par vengeance. On y découvrira aussi, dans Le plus bel amour de Don Juan, comment l'amour d'une mère pour un libertin peut déranger l'esprit de sa fille; dans Les dessous d'une partie de Whist, comment une liaison hypocrite et silencieuse peut entraîner trois cadavres; et dans A un dîner d'athées, le pourquoi de l'impensable acte pieux d'un athée libertin convaincu.
De factures inégales, ces nouvelles souffrent d'une certaine lourdeur dans le style typique de l'écriture décadente: l'auteur se sent obligé de nous expliquer en précision le contexte et le caractère de chaque personnage, à grand renfort d'anecdotes, afin que nous puissions bien comprendre la transformation qui s'opèrent et les enjeux de celle-ci lorsque le récit arrive à son acmé. J'avoue avoir sauté quelques pages. Mais j'avoue aussi avoir tremblé, avoir dévoré les pages de ces récits. Car si cette prolixité langagière, extrêmement poétique, peut lasser lorsqu'elle empêche de rentrer réellement dans le récit, elle le sublime lorsqu'elle revient au moment où celui-ci est le plus intense, jouant à la fois sur l'horrible raffinement de ces histoires et sur le mystère qu'elles entretiennent: ainsi l'histoire d'Albertine m'a tenue en haleine, suspendue au moindre mot tant elle est mystérieuse et envoûtante. L'histoire de la comtesse de Sierra-Leone m'a beaucoup touché. Chacune de ces nouvelles opère un mélange entre la vertu, l'innocence, la noblesse, la beauté d'une part, et le vice, la fange, l'hypocrisie d'autre part. On est dans le décadent pur, la tension perpétuelle entre spleen et idéal, et décidément, j'aime, j'aime, j'aime le dix-neuvième siècle!

Ma note: 4/5
avatar
Melusine
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 30
Messages : 1953
Date d'inscription : 28/02/2011
Localisation Bourgogne

http://mabouquinerie.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DIABOLIQUES de Jules Barbey d'Aurevilly

Message par Llhyn le Lun 29 Mai 2017 - 12:33

Pour ma part Les diaboliques a été une bonne découverte. J'ai aimé la noirceur de ses textes et le mystère qu'ils soulèvent. Mais par contre, certaines nouvelles étaient longues ennuyeuses, de sorte que je ne m'en rappelle plus. D'autres nouvelles ont été un réel coup de coeur... Bref, comme d'habitude dans un recueil de nouvelles, il est difficile de donner un avis global.

Ma chronique complète par ICI
avatar
Llhyn
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 27
Messages : 638
Date d'inscription : 06/08/2015
Localisation Bretagne

https://laviesurpause.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DIABOLIQUES de Jules Barbey d'Aurevilly

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum