Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis ?

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_lcap50%PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_rcap 50% 
[ 3 ]
PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_lcap50%PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_rcap 50% 
[ 3 ]
PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_lcap0%PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_lcap0%PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_lcap0%PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 6

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par PatLecture le Sam 21 Juil 2012 - 12:43

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Pure-110


Résumé

Nous savons que vous êtes là, vous, nos frères et soeurs...

Pressia se souvient à peine des Détonations ou de la vie pendant
l’Avant. Dans son armoire-lit derrière les décombres d’un salon de
coiffure pour hommes où elle vit avec son grand-père, elle pense à ce
qui est perdu : com- ment le monde est passé de parcs d’attraction,
cinémas, fêtes d’anniversaire, pères et mères à cendres et poussière,
cicatrices, brûlures indélébiles et corps accidentés. Et maintenant, à
l’âge où tous sont contraints de se livrer à la milice pour être
entraîné à devenir soldats ou, s’ils sont trop accidentés ou trop
faibles, pour être utilisés comme cibles vivantes, Pressia ne peut plus
prétendre être petite. Pressia est en fuite.



Nés Purs, ils Respirent les Cendres…


Il y a ceux qui ont échappé à l’apocalypse sans aucune marque. Les Purs.
Ils sont gardés en sécurité dans le Dôme qui protège leurs corps sains
et supérieurs. Mais Partridge, dont le père est l’un des hommes les plus
influents du Dôme se sent seul et isolé. Différent. Il pense aux pertes
– peut-être simplement parce que sa famille est brisée. Son père s’est
détaché des émotions, son frère s’est suicidé et sa mère n’est jamais
parvenue jusqu’à leur abri. Ou peut-être est-ce sa claustrophobie :
cette sensation que le Dôme est devenu un lieu à la discipline
extrêmement rigide. Alors quand il entend que sa mère pourrait être
encore en vie, Partridge risque sa vie pour quitter le Dôme et la
retrouver.



Quand Pressia rencontre Partridge, leurs mondes volent en éclats une fois de plus.




Editions : J'ai lu
Sortie : octobre 2012
Prix : 14.16 euros
PatLecture
PatLecture
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 45
Messages : 947
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation 13 BDR
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : infirmière la nuit et maman au foyer le jour

http://lectureaddict-dunlivrelautre.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Alys le Sam 21 Juil 2012 - 15:07

J'ai hâte !!
Alys
Alys
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 28
Messages : 556
Date d'inscription : 02/02/2011
Localisation Isère
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Voyages partout dans le monde !

http://alys-read.over-blog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par latchoutch le Sam 21 Juil 2012 - 20:31

Il a l'air pas mal du tout celui là ! Et hop un de plus dans ma wish ! ^^
latchoutch
latchoutch
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 28
Messages : 1290
Date d'inscription : 08/12/2011
Localisation Charente-Maritime
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Travaille en restauration rapide + reprise des cours / lecture, sport, jeux vidéo

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Invité le Sam 21 Juil 2012 - 21:23

J'ajoute également ^_^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par louve le Mar 31 Juil 2012 - 17:33

de même ^^"

Le topo et la couv me plaisent beaucoup!
louve
louve
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 32
Messages : 1211
Date d'inscription : 11/12/2010

http://mort-sure.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Invité le Mar 31 Juil 2012 - 19:51

Je l'attends avec impatience. Apparemment, il y a déjà eu des SP suite à la venue de l'auteur et les retours sont hyper positifs, j'ai hâte !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par lecoinlitteraire le Mar 31 Juil 2012 - 20:10

Moi aussi j'ai hâte !
lecoinlitteraire
lecoinlitteraire
Plume de soie
Plume de soie

Féminin Age : 29
Messages : 361
Date d'inscription : 30/04/2012
Localisation Pas de calais
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : employée de jeu, et ma grande passion : la lecture bien sur :D

http://le-coin-litteraire.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Naminé le Mar 2 Oct 2012 - 9:23


Julianna Baggott est une romancière, essayiste et poète. Son roman Pure est le premier tome d'une trilogie dystopique à paraître aux éditions J'ai Lu. "Un roman qui balaie tout sur son passage, une imagination sans limites. Vous serez sidérés." : la citation de Justin Cronin reflète assez bien ce qui se dégage du livre. Étant assez friande de dystopies, je l'attendais avec impatience. Surprise à bien des égards, j'ai adoré cet univers : je pense que c'est l'une des dystopies les plus élaborées parues à ce jour. Cependant, elle est réservée à un public plutôt averti : l'environnement est très dur, l'ambiance parfois suffocante, mais diablement réaliste.

On se retrouve dans un monde post-apocalyptique après les Détonations, des bombes nucléaires qui ont tout ravagé sur la terre. Pressia, une jeune fille de presque 16 ans, vit avec son grand-père dans les décombres d'un vieux salon de coiffure. Ils se remémorent ensemble le temps passé, lorsque tout était encore intact. Les seuls survivants aux Détonations (et ils sont peu nombreux) sont défigurés, brûlés, et ils ont fusionné avec ce qu'ils touchaient au moment de l'explosion : certains sont définitivement collés à leurs enfants, d'autres, comme Pressia, ont une tête de poupée à la place de leur main. Il y en a même qui sont devenus des Poussières, des êtres dangereux enfouis sous terre et qui n'ont plus rien d'humain, mais qui attaquent tous ceux qui se trouvent à leur portée. Tous les survivants ne sont plus que des fantômes, tentant de survivre malgré tout parmi les cendres. Pressia, qui va bientôt avoir seize ans, commence à prendre peur, car l'ORS, une organisation militaire qui patrouille dans ce qu'il reste des décombres, va venir la chercher pour soit devenir un soldat, soit une cible humaine. Sa fuite va l'emmener à rencontrer un résistant, Bradwell, un homme fusionné avec des oiseaux, mais aussi El Capitan, un officier de l'ORS qui porte son plus jeune frère dans son dos.

Partridge, quant à lui, vit dans le Dôme, un endroit où certaines personnes sont parvenues à trouver refuge avant les Détonations. C'est un lieu où la discipline est de plus en plus pesante, où les habitants sont surveillés et doivent rester en parfaite santé. Partridge se sent terriblement seul sous ce Dôme : son père, l'un des hommes les plus influents, est devenu très froid, de plus en plus obstiné par son travail. Son frère s'étant suicidé quelques mois auparavant, Partridge ne se sent plus à sa place là-bas. Il va tenter de fuir le Dôme, chose que personne n'a jamais faite, pour retrouver sa mère qui serait vivante. Il va ainsi croiser le chemin de Pressia, et à partir de ce moment, tout va changer dans leur vie.

L'univers est juste parfait : même si parfois l'auteure nous perd un peu avec des détails superflus, on sent qu'elle le maîtrise parfaitement, et qu'un réel travail d'approfondissement a été fait à ce niveau. Elle ne se contente pas de survoler son monde : elle le tient d'une main de fer en allant au fond des choses, en nous assaillant d'images puissantes, très visuelles, qui nous font trembler d'effroi. J'aurai aimé un peu plus de détails sur ce qu'il se passe à l'intérieur du Dôme, mais mis à part cela, je n'ai pas grand-chose à redire. Le tout déborde d'imagination mêlée à un sentiment de réalisme, et l'auteure parvient presque à nous persuader que cela pourrait arriver, malgré les improbables fusions entre les corps ou avec des métaux. L'ambiance colle très bien au livre, puisqu'elle est pesante, sombre, sans une once d'espoir pour les survivants. La survie passe avant tout, et l'auteure n'a pas tenté d'édulcorer la situation avec une romance à l'eau de rose (même si on sent quelques rapprochements très discrets) ou avec d'autres fioritures. C'est sans contexte l'un des univers qui m'a le plus plu en matière de dystopie.

Ce que j'ai aimé le plus, c'est la relation qui se tisse petit à petit entre ces personnages, tentant de survivre jour après jour, à ce monde violent et dévasté. Même si ce sont Pressia et Partridge qui se démarquent naturellement de l'histoire, l'auteure accorde une forte importance aux personnages secondaires en alternant leurs points de vue et leurs différentes perceptions, ce qui permet de tisser des liens avec chacun d'entre eux. Je ne retiendrai que quelques adjectifs pour les qualifier : courageux, déterminés, loyaux, et audacieux. Ils sont également en proie à la tourmente de par leur situation et leur passé. Ce sont des personnages très complexes qui sont intéressants à voir évoluer dans cet univers chaotique.

Cependant, cette histoire n'est pas exempte de défauts. L'intrigue évolue très lentement, certes, mais ce n'est pas vraiment le problème, et ça fait du bien d'avoir affaire à un monde très bien construit. Néanmoins, quelques longueurs sont tout de même à déplorer. Certains passages m'ont paru longs, très longs, sans que je ne comprenne vraiment pourquoi. Sans doute car il s'agit surtout d'un tome d'introduction à ce qu'il va se passer par la suite. Vu la fin, qui m'a complètement bouleversée, j'attends beaucoup du deuxième tome, Fuse, qui sortira aux US le 19 février 2013.

Pure est une dystopie inoubliable, tant elle nous prend aux tripes en éveillant l'une de nos peurs les plus profondes : la fin du monde organisée par un complot d'envergure, ne laissant que quelques survivants se débattant pour leur survie.

Ma note : 4/5 (dommage pour les longueurs, ou j'aurai donné plus).

Ma chronique sur mon blog : http://www.plume-a-papote.fr/2012/10/chronique-pure-de-julianna-baggott.html
Naminé
Naminé
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 31
Messages : 523
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation Pas-de-Calais
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Secrétaire Comptable

http://www.plume-a-papote.fr

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Candyshy le Mar 2 Oct 2012 - 10:16

Ce livre me tente énormément ( et Nanimé qui en rajoute ^^, pour nous faire carquer ... au cas où on hésiterai encore lol), porte monnaie à suivre lol
Candyshy
Candyshy
Plume de satin
Plume de satin

Féminin Age : 41
Messages : 111
Date d'inscription : 04/06/2011
Localisation Sud ouest de la france
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : la lecture

http://auboudoirdecandyshy.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Naminé le Mar 2 Oct 2012 - 10:17

Laughing le pire c'est pour le porte-monnaie oui ! Mais il en vaut la peine.
Naminé
Naminé
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 31
Messages : 523
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation Pas-de-Calais
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Secrétaire Comptable

http://www.plume-a-papote.fr

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Candyshy le Mar 2 Oct 2012 - 10:21

Naminé a écrit: Laughing le pire c'est pour le porte-monnaie oui ! Mais il en vaut la peine.

Bon bon bon j'appelle mon banquier pour négocier alors ^^
Candyshy
Candyshy
Plume de satin
Plume de satin

Féminin Age : 41
Messages : 111
Date d'inscription : 04/06/2011
Localisation Sud ouest de la france
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : la lecture

http://auboudoirdecandyshy.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Naminé le Mar 2 Oct 2012 - 10:22

Tu en es à ce point là ? Very Happy
Naminé
Naminé
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 31
Messages : 523
Date d'inscription : 27/04/2011
Localisation Pas-de-Calais
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Secrétaire Comptable

http://www.plume-a-papote.fr

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Candyshy le Mar 2 Oct 2012 - 10:24

Oui Oups
les livres s'est ma ruine lol et je sais pas m'arrêter ...... ahhhhhhhh au secours une acheteuse compulsive lol
Candyshy
Candyshy
Plume de satin
Plume de satin

Féminin Age : 41
Messages : 111
Date d'inscription : 04/06/2011
Localisation Sud ouest de la france
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : la lecture

http://auboudoirdecandyshy.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Michou le Jeu 18 Oct 2012 - 13:50

Mon avis :

Quand j'ai entamé ma lecture de Pure, je savais peu de choses sur l'histoire. J'évite toujours de lire les chroniques publiées quand un livre m'attire au point que je sais que je vais bientôt le lire.
Du coup, j'ai plongée dans l'univers de JB pensant lire une dystopie comme une autre. De celles qu'on a pu lire ces derniers temps et dont tout le monde parle. Grosse erreur !
Pure est la meilleure dystopie que j'ai pu lire au jour d'aujourd'hui. Une vraie dystopie. La meilleure mais aussi la plus sombre, la plus effrayante et la plus passionnante. Mais surtout, la plus réaliste et c'est ce qui rend cette histoire tellement terrifiante.

La couverture est magnifique, pourtant, je trouve qu'elle est trompeuse, un peu comme ce dôme dans l'histoire finalement, car elle ne nous prépare absolument pas à ce qu'on va trouver à l'intérieur, au contraire. On n'imagine pas une histoire si sombre en regardant la couverture.

Nous n'avons pas vraiment de repère dans le temps, si ce n'est que c'est dans un futur assez proche. Un futur qui, quand on découvre comment les choses se sont passées, pourquoi et comment l'humanité en est arrivée là, ne nous parait pas si improbable. On se dit tout au long du récit que tout ça pourrait bien arriver pour de vrai. Les éléments que l'auteure nous donne pour expliquer cette histoire sont criants de vérité, et je vous assure, on ne peut s'empêcher de penser "et si...".

Nous suivons deux personnages, l'un, Partridge, est dans le dôme, l'autre, Pressia, est dehors. On s'attache immédiatement à eux, au point qu'on craint pour leur vie tout le long. Ils ont grandi chacun dans un milieu différent et pourtant, ils se ressemblent par leur force, leur détermination et cette espèce de conviction qu'ils portent en eux, que le monde, la vie, ne peut se résumer qu'à ça.
On a quelques fois le point de vue des personnages secondaires, comme El Capitan qui nous est présenté comme un monstre sans coeur et qui va se montrer bien plus que ça, ou encore Lyda, qui nous apparaît comme une petite chose fragile mais qui évolue à la fin de manière très intéressante.
D'autres personnages sont inoubliables comme l'homme aux oiseaux, Bradwell, ou le grand père de Pressia.

Nous sommes dans un monde où tout est ravagé, où c'est chacun pour soi, où de nouvelles espèces sont apparues, et où l'espoir n'existe plus. Certaines scènes peuvent ainsi paraître très dures, voire choquantes. Mais malgré cette atmosphère pesante et lugubre, les personnages que nous suivons sont une vraie lueur d'espoir. Ils ne baissent pas les bras, ils se battent et se relèvent en dépit de la douleur, de l'horreur, de l'inimaginable.

L'inimaginable justement. L'auteure n'y va pas de main morte, et encore une fois, bien que tout cela paraisse inconcevable, bien que ce qu'elle nous décrit, et qui résulte des détonations est monstrueux voire quelques fois farfelu (une tête de poupée pour main, des oiseaux dans le dos, des fusions entre plusieurs corps, entre humains, animaux...), on y croit et puis au final, ça ne nous parait plus si impossible que ça. Il y a toujours ce sentiment, cette petite voix pendant qu'on lit et qui nous dit, es-tu sûre qu'une chose pareille ne puisse pas nous arriver ?

En bref, c'est un récit dur et poignant, avec des personnages attachants qui nous portent tout au long de cette histoire. On ne peut rester de marbre face aux épreuves qu'ils traversent, ni face à cet univers post apocalyptique créé par l'auteure, tout en se demandant, avec une sorte de malaise, et si...

Ma note : 5/5, un vrai coup de coeur !
Michou
Michou
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 40
Messages : 1049
Date d'inscription : 31/01/2012
Localisation Quelque part dans ma tête...

http://michelebeckstudio.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par PatLecture le Jeu 18 Oct 2012 - 19:40

Génial ces avis plus que positifs, je viens de l'acheter ! Smile
PatLecture
PatLecture
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 45
Messages : 947
Date d'inscription : 31/05/2011
Localisation 13 BDR
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : infirmière la nuit et maman au foyer le jour

http://lectureaddict-dunlivrelautre.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Michou le Dim 21 Oct 2012 - 15:50

Bonne lecture alors, Patricia !!! Very Happy
Michou
Michou
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 40
Messages : 1049
Date d'inscription : 31/01/2012
Localisation Quelque part dans ma tête...

http://michelebeckstudio.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par lilyroseyy le Mar 23 Oct 2012 - 14:24

Comment résister devant de si chouette avis, je vais me l'acheter également!
lilyroseyy
lilyroseyy
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 36
Messages : 1700
Date d'inscription : 04/01/2011
Localisation Roubaix
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : à l'hôpital

http://lilyroseyy.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Grazou le Ven 16 Nov 2012 - 23:04

Tout d'abord, je trouve que la couverture est juste sublime : des couleurs sombres et un papillon coloré qui illumine le tout, comme une lueur d'espoir.

Pure est une dystopie, mais pour le coup, une vraie dystopie pas du tout gnan-gnan et juvénile, non une vraie dystopie bien dramatique, avec de vraies horreurs, des complots, des manipulations, des alliances, ... J'ai été très agréablement surprise par le style de l'auteur, car il est vrai que la dystopie s'est assez banalisée et globalement, le niveau a baissé. Merci donc, à Julianna Baggott d'avoir relevé le niveau.

Dans Pure, nous sommes dans un futur assez proche où des Détonations ont absolument tout ravagé. Tout ? Non pas tout à fait. Il existe d'une part le Dôme et ses habitants, ceux-ci sont intacts et vivent preservés dans leur cocon. Les survivants à l'extérieur du Dôme ont subi des modifications importantes , la Fusion, et vivent dans l'angoisse, les cendres et sous la pression de l'ORS, une sorte de milice.

Mais tout n'est pas aussi tranché dans le livre ça serait trop facile. Et c'est Partridge, qui vit dans le Dôme, et Pressia qui vit dehors qui vont nous faire découvrir ce nouveau Monde.

J'ai adoré absolument TOUS les personnages qui sont vraiment très bien construits, des êtres courageux, déterminés, solidaires avec de vraies valeurs. L'auteur décrit également très bien ce nouvel univers, qui m'a souvent fait peur et qui m'a angoissée (encore une fois, tous mes ongles y sont passés).

J'ai néanmoins trouvé deux petits bémols: d'abord, on peut dire que l'histoire est assez complexe, il faut donc bien s'accrocher pour bien tout comprendre et ensuite, c'est cette histoire de fusion qui m'a vraiment décontenancée pendant les trois quarts du roman, je n'arrivais pas à me faire à l'idée (des êtres qui fusionnent avec des poupées, des oiseaux et autres objets ou animaux, c'est quand même pas évident à intégrer). C'est vraiment vers la fin du livre que ça ne me faisait plus tiquer, après tout, c'est de la dystopie, tout est permis.

Une dystopie avec un grand "D", probablement une des meilleures que j'ai pu lire jusqu'à ajourd'hui.

Ma note: 4.5/5
Grazou
Grazou
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 33
Messages : 1804
Date d'inscription : 09/08/2010
Localisation Denain
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Collaboratrice Comptable et Audit

http://thecoffeebook.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Clairdelune le Lun 19 Nov 2012 - 18:12

Mon avis :

Je ne savais pas à quoi m'attendre en entrant dans le livre mais peut être pas à ça. Pourtant, j'ai été prévenue, comme quoi il était spécial, étrange, dur à imaginer. J'étais loin de me douter de tout ce qu'il y aurait !

Dès l'entrée dans l'histoire, cela commence fort. Les Détonations ont lieu, tout fond, les humains fusionnent avec ce qui se trouve à côté d'eux. Tout y passe, ventilateur, enfant, fil de fer, animal, minéral, objet du quotidien... Ce qui sont à l'extérieur et qui ont donc vécu ça sont difformes, certains plus que d'autres. Déjà, imaginez le choc quand vous lisez ça dès les premières lignes. Seulement, ça, ce n'est rien... le pire reste à venir.

On fait donc la rencontre d'une jeune fille, Pressia. Sa main a fusionné avec la tête de sa poupée mais elle doit évidemment vivre avec. Sauf que voila, Pressia va avoir 16 ans, et, à 16 ans, l'ORS, une organisation, prend les adolescents. Certains tentent d'y échapper, de s'enfuir mais n'y arrive pas toujours et on se pose des questions sur ce qui leur arrive après... évidemment, les réponses viennent par la suite.

Parallèlement, on suit Partridge, un garçon du Dôme, un Pur, qui a été protégé des Détonations. Sa vie est complètement différente, un peu plus proche de la notre. Il ne dort pas dans un placard, ne s'inquiète pas à chaque seconde de sa survie... il ne se pose pas les mêmes questions et sera amené à chercher des réponses, qu'elles se trouvent à portée de main... ou non.

On suit également d'autres points de vue, ce qui apporte, selon moi, pas mal à l'histoire. Cela n'empêche pas de s'attacher aux personnages, au contraire, et chacun a une aventure intéressante et passionnante. Horrible même, parfois. La mort n'est jamais loin... surtout à l'extérieur, où des Bêtes ou des Poussières, des créatures redoutables et mortels, rôdent.

Il se lit rapidement je trouve. J'ai mis une semaine avec mes cours, ce qui n'est pas énorme vu le temps dont je dispose. Il faut juste le temps d'accepter, de digérer tout ce que l'on lit avant de continuer. L'ambiance est lourde, pesante et sombre, on n'a pas l'occasion de sourire très souvent mais comprenez que suivre ces personnages est un pur bonheur et qu'il m'a été dur de les laisser, à la fin.

Elle arrive comme une bombe. Tous les liens se font petit à petit, les indices prennent tout leur sens et la violence n'est pas inexistante. Cela bouge particulièrement dans la dernière partie, tout s'accélère et quand on arrive à la fin... On a vraiment qu'une envie : la suite !

La plume est accrocheuse, froide parfois mais elle colle parfaitement à l'ambiance. J'ai bien apprécié, cela se lit "tout seul", malgré les horreurs qu'il y a et qui nouent la gorge ou qui embuent les yeux.

Je pense que j'ai un peu de mal à en parler, peut être parce qu'il va falloir un petit moment avant de m'en remettre totalement. Ce que je veux dire, c'est que le bouquin ne laisse pas indifférent, il a quelque chose de particulier, qui attire, qui intrigue, qui oblige à continuer la lecture, dés qu'elle est commencée. Chaque fin de chapitre donne envie de lire le suivant. On ne veut pas délaisser les personnages dans ce carnage, on veut les accompagner, les aider et on ne peut que les aimer. Même ceux qui commettent de terribles actes paraissent finalement sympathiques, comme El capitan, pour ceux qui l'ont lu, car ce ne sont que des pions...

Alors, voila, ce que je peux vous dire avec certitude, c'est que ce bouquin est touchant et assez dérangeant. C'est lourd, sombre, triste ou écoeurant. Une petite lueur d'espoir vient illuminer tout cela néanmoins, l'espoir de retrouver des êtres chers, de survivre avec la personne qu'on aime, d'arranger la situation. Tant de choses à espérer... Je suis vraiment curieuse de lire la suite et je n'ai qu'un conseil à vous donner, ayez des tripes et lisez-le !
Clairdelune
Clairdelune
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 21
Messages : 1107
Date d'inscription : 11/05/2010
Localisation Sud de la France
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Lecture/Dessin/Graphisme

http://auparadisdeslivres.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Froggy80 le Sam 8 Déc 2012 - 7:46

L'avis de Froggy :
Dès que ce livre est sorti en France, j'ai voulu le lire. Alors imaginez la joie que j'ai eu quand Patricia de chez Flammarion Québec m'a contacté par courriel pour me demander si j'étais intéressée de lire leur nouveau roman "Pure" qui était sorti il y a quelques semaines. Et en plus de m'envoyer le livre, elle me proposait une entrevue avec l'auteure qui venait au Québec au début décembre. J'avais donc une semaine pour lire une assez grosse brique (du moins pour moi lllolloll)... Je dois donc un immense merci à Patricia ainsi qu'à l'auteure pour sa grande gentillesse (l'entrevue sera en ligne cette semaine). Bon assez placoté, vous n'êtes surement pas ici pour entendre mes états d'âmes lllolloll

Je ne m'attarderai pas à faire un résumé de ce livre car personnellement je trouve que le quatrième de couverture est vraiment complet. Mais je dois dire que ce roman est très très sombre. Je n'ai pas encore lu beaucoup de dystopie, mais celui-ci m'a vraiment plu ! Toutefois, j'ai eu un peu de misère à embarquer dans l'histoire au tout début. En fait, j'étais un peu mélangé. C'est vers la moitié du livre que j'ai réellement accroché. Tellement, que je suis même allée voir la bande-annonce du livre que je vous ai mis à la fin de ma chronique. Et je ne vais jamais voir les bandes-annonces... La première moitié met en place l'environnement dans lequel vit les quelques survivants ainsi que les personnages.

Ce roman est l'un des plus sombres que j'ai lu à date. Nous nous retrouvons dans un univers post-apocalyptique. L'humanité a été soumise aux Détonations comme les survivants les appels. En fait, ces Détonations sont nuls autres que des bombes nucléaires qui ont été lancé sur la Terre afin de détruire l'Homme. Mais grâce au Dôme, certains humains ont pu survivre et y vivent dans un endroit aseptisé et sécuritaire. On les appelle les Purs. Malheureusement, ceux qui n'ont pu se réfugier dans le Dôme avant les attaques ont simplement péri. Les quelques survivants restant, vivent dans un monde de cendre perpétuelle et ont "fusionné" avec leur environnement. Certains ont fusionnés avec des objets, tandis que d'autres ont fusionnés entre eux.

PERSONNAGES :
Des personnages, il y en a plusieurs ici. Mais chacun amène quelque chose au roman et à l'histoire et au dénouement. Personnellement, j'ai de la misère à vous dire ceux que je préfère car ils sont tous attachants. Mais je dois dire que je me suis attachée aux quatre personnages principaux de l'histoire, soit Pressia, Partridge, Bradwell ainsi que El Capitan/Helmud. Pressia est une survivante de 16 ans qui vit avec son grand-père. Courageuse, débrouillarde et rempli d'une générosité, elle prend soin de son grand-père souffrant et subvient aux besoins essentiels en fabriquant des objets qu'elle vend ou troc contre de la nourriture entre autre. C'est une combattante ! Pourtant, elle essaie de fuir à tout pris l'ORS qui veut en faire un soldat. Je me suis beaucoup attachée à ce personnage car je trouve qu'on se ressemble sur certains points. Partridge est un "Pur" qui ne souhaite qu'une chose, quitter l'enfer qu'est le Dôme afin de retrouver sa mère. Tout le monde dit qu'elle est morte, mais lui il croit qu'elle est en vie. Du moins, il se rattache à ce désir profond. Réussira-t-il à la retrouver? Réussira-t-il à survivre hors du Dôme? Seule l'histoire nous le dira! Pressia combattra au côté de Bradwell, lui aussi un survivant. Âgé de 18 ans, il a fusionnée avec des oiseaux qu'il héberge sur son dos. Il sera un excellent compagnon dans leur aventure. Il prendra soin de Pressia et sera toujours là pour elle. Au fil de l'histoire, nous découvrirons de nouveaux personnages. Mais je ne peux passer sous silence "El Capitan" & Helmud, deux frères qui ont fusionnés ensemble suite aux Détonations. Et qui vont me faire vivre un des moments les plus intenses du roman.

L'AUTEURE :
Julianna a su nous faire vivre des émotions à l'état pur dans ce roman. Même si c'est un univers loin du notre, il n'en reste pas moins que nous avons tout de même les armements afin de créer un environnement semblable sur certains points. Ce qui peut être assez "effrayant" par moment en sachant ce que l'humain est capable de faire afin d'arriver à ses fins. La plume est sublime. Elle est fluide, facile à lire avec par moment des passages emplis d'une telle sensibilité. Les personnages sont crédibles dans leurs rôles. L'auteure a su m'inclure en quelques sortes dans ce récit. Par moment, j'avais l'impression d'être avec eux dans l'action. Son monde est tellement hostile et sombre qu'il est impensable qu'il y ait des survivants. Et pourtant, les survivants sont empreints d'un tel désir de vivre malgré tout ce qui arrive. Ils aspirent à un monde meilleur au plus profond d'eux même. C'est l'un des meilleurs romans que j'ai lu cette année. Malheureusement, je n'ai pas lu beaucoup de dystopie, mais je sais que c'est l'un des plus durs qui a été écris. On nous tient en haleine du début à la fin. Le suspense est souvent présent... et il devient très addictif !

J'ai bien aimé comment Julianna a écrit ce roman. Chaque chapitre met l'emphase principalement sur l'un des personnages, sur la façon que chacun perçoit les événements. Donc d'un chapitre à l'autre, on alterne de narrateur et de l'histoire de fond. Mais évidemment, tout est entremêlé. Donc ce qui donne une histoire fluide et sans incompréhension (enfin, selon moi !). On retrouve également une belle évolution des personnages. Et par moment, certains événements peuvent nous choquer !

N'imaginez pas que ce roman va se lire rapidement malgré ces 544 pages. Je dois vous dire qu'il m'a pris 1 semaine pour en lire la moitié. Et seulement 2 jours pour lire la seconde moitié. Le début est très lourd et difficile. On met l'histoire en place. Ce n'est pas évident de tout comprendre et de tout se rappeler. Malgré la souffrance et la douleur qui se dégage de cette lecture, de belles amitiés se formeront. Nous y verrons des messages d'amour et d'espoir provenant des survivants. Plusieurs vies sont en jeux ! Ils doivent à tout prix survivre. Je ne veux pas trop en dire, mais la fin préserve un début de tome 2 des plus sombre qui peut exister. Quand on pense qu'il y a enfin espoir que les choses avancent et évoluent vers un monde meilleur, les choses empirent !

Pure est un roman qui m'a réellement marqué. J'étais triste d'avoir terminé celui-ci même si c'est un univers qui peut être parfois difficile à gérer côté émotif. J'ai passé par beaucoup d'émotions. J'imaginais notre univers dans une telle situation et je me disais que nous sommes près par moment de vivre une telle terreur. Ce livre nous pousse à nous questionner en tant qu'Homme sur la façon d'entrevoir l'avenir. Sur la façon d'améliorer le sort que nous sommes en train de nous modeler tranquillement. Honnêtement, je préférerai vivre en tant que Survivant qu'en tant que Pur. Jamais je ne mettrai mon identité de côté afin de sauver ma peau et de regarder les autres mourir ou souffrir à ma place. Je préfère souffrir avec eux et donner un peu d'espoir à chacun et ainsi, être capable de me tenir debout. Personnellement, je prends ce livre comme un message pour un hymne à l'amour, à la tolérance et à la paix. Acceptons nous avec nos différences, peut importe notre culture, notre religion, notre couleur de peau. À la base, ne sommes nous pas des humains. Ce livre est un réel cri du cœur afin qu'on se réveille enfin. Ce roman est une source de courage et d'espoir tel la chenille qui se transforme en papillon et qui découvre un monde nouveau.

Un livre qui doit absolument être lu ... Un incontournable de la littérature!
Froggy80
Froggy80
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 39
Messages : 736
Date d'inscription : 12/11/2011
Localisation Québec, Canada
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Technicienne en santé animale

http://frogzine.weebly.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par petit-lips le Dim 9 Déc 2012 - 15:05

Pressia, vit avec son grand-père dans un monde ravagé. Depuis dix ans, la majeure partie de l'humanité survit dans un univers terrifiant, où tout a été balayé par une attaque nucléaire mondiale : les Détonations. Une petite partie des hommes vit dans un Dôme, à l'abri des menaces extérieures. C'est là que réside Partridge, où il mène une existence presque normale.
Malheureusement, Pressia a bientôt seize ans, âge auquel l'ORS vient chercher les adolescents pour les entraîner au combat, ou les achever. Décidée à ne pas se faire attraper par cette milice, elle prend la fuite. Au même moment, Partridge sort du Dôme en quête de vérité...

L'histoire se met doucement en place, permettant ainsi à l'auteure de nous présenter son univers complètement fou, ainsi que ses personnages principaux. Nous faisons connaissance avec Partridge et Pressia à travers une narration alternée, cela renforce l'envie de découvrir davantage à chaque fin de chapitre.
La relation entre les deux personnages principaux ne prend pas du tout la tournure à laquelle je m'attendais, et c'est plutôt une bonne chose. Nous ne sommes pas dans un cadre d'histoire d'amour, ça change de la plupart des dystopies.
Partridge est un jeune homme de dix-sept ans, un Pur, qui vit dans le Dôme, et dans le mensonge. Il va se rendre compte que quelque chose cloche en lui et décide de sortir pour retrouver une personne qui lui est chère. Il sera confronté à l'horreur des Détonations, à ce monde à moitié mort. C'est un personnage attachant et plein de courage.
Au départ, j'ai eu un peu de mal avec Pressia. Cependant, au fil des pages, elle grandit et se révèle être un personnage vraiment très intéressant à suivre.
J'ai beaucoup apprécié Bradwell. Il est d'un grand soutien pour Pressia et Partridge. Par contre, j'ai trouvé assez invraisemblable qu'il ait, à chaque fois ou presque, toutes les réponses aux questions que l'on se pose.
J'ai appris à aimer El Capitan, ce qui n'a pas été chose facile au départ. Non seulement à cause de sa particularité physique (chut, je ne vous en dit pas plus) mais également à cause de son rôle lorsqu'on le rencontre.

L'univers de l'auteure est vraiment riche et hyper bien travaillé. On évolue dans un monde post-apocalyptique très sombre et assez glauque par moments. La plupart des survivants à ces Détonations sont mutilés, ou ont fusionnés avec les choses / animaux / humains s'étant trouvés à proximité (voire les deux à la fois). Cela donne un aspect clairement monstrueux aux personnages. On rencontre des personnes collées entre elles, des hommes avec des oiseaux dans le dos, ou des ventilateurs en travers de la gorge...
Les fusions hommes-objet ne m'ont pas choquée outre-mesure, par contre j'ai été vraiment mal à l'aise face à certaines fusions entre personnes.
C'est vraiment impressionnant à quel point le monde est parti en cacahuète en même pas dix ans. Et le pire, c'est que je ne doute pas d'une telle issue s'il venait à se passer ce genre de catastrophe. Ce qui est bizarre, c'est que pendant ma lecture je ressentais de la tristesse plutôt que de la colère ou de la rébellion, comme c'est le cas habituellement lorsque je lis une dystopie. C'est vraiment un récit qui prend aux tripes.

Pour conclure, « Pure » n'a pas été le coup de coeur auquel je m'attendais, mais c'est une très bonne découverte. C'est assurément un livre à lire !
petit-lips
petit-lips
Plume de soie
Plume de soie

Féminin Age : 32
Messages : 472
Date d'inscription : 23/04/2011

http://lectures-petit-lips.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Invité le Mar 11 Déc 2012 - 20:25

Voici mon avis concernant "Pure"" de Julianna Baggott.


Jetons tout d'abord un oeil à la couverture.

Une couverture qui ne manquera pas d'attirer le regard, tout particulièrement celui des lectrices. Oui, je pense que la présence du papillon bleu provoquera une certaine attirance chez les femmes et les jeunes femmes. Derrière ce magnifique papillon bleu on aperçoit... la Terre après une guerre nucléaire ? Le Dôme ? Le doute s'installe dans mon esprit. J'ai du mal à me décider entre les deux.

En effet, l'illustration me donne l'effet d'une fusion de ces deux "mondes". Un hybride entre monde protecteur et monde dangereux. On peut considérer les lueurs orangées comme positives (la lumière, l'espoir, la vie...) ou négatives (le papillon bleu ne risque-t-il pas de finir par s'y brûler les ailes ?). On pourrait aussi penser à un leurre : les papillons sont toujours attirés par la lumière, mais la lumière leur fait rarement le bien qu'ils espéraient en l'approchant. ^^ Et comme l'histoire de "Pure" intègre les notions de complot, mensonges et manipulations, ça pourrait très bien coller. ;-)

Retournons l'ouvrage...

Au dos du roman, nous trouvons un autre papillon, mais celui-ci n'est pas bleu, il est terne, gris comme la cendre et n'est pas naturel. Le monde en arrière-plan est sombre à souhait, inhospitalier même et froid.

D'un point de vue tout à fait personnel, je dirais que les deux papillons figurant sur la couverture représentent les deux principaux personnages du roman : Pressia et Partridge. Celui du devant symbolisant Partridge et celui du dos Pressia.

Mais pas la peine de se prendre la tête dans une interprétation fumeuse de la couverture. Je terminerai donc en vous disant que j'adore cette couverture, elle a quelque chose de beau et de fascinant. Elle m'a vraiment donné envie d'ouvrir ce roman et de le lire.

-------------------------------------
Et avant de vous donner mon avis...

Voici le lien vers le premier chapitre de "Pure" :

http://fr.calameo.com/read/001117372fd2310ef9554


-----------------------------------------
Parlons un peu des personnages.

Tous les personnages évoluant dans ce roman m'ont fait passer par toutes sortes d'émotions. J'en retiendrai quatre qui m'ont particulièrement bouleversée.

Dès le chapitre premier nous faisons la connaissance de Pressia, une jeune femme sur le point de fêter ses 16 ans. Et à peine la rencontrons-nous que nous sommes frappés par l'horreur : Pressia fait partie des survivants d'une sorte d'holocauste nucléaire qui lui a laissé des marques indélébiles. En effet, elle n'était qu'une petite fille lorsque les Détonations ont eu lieu. Elle tenait sa poupée préférée dans ses bras, dans un aéroport et, au moment de la grande explosion, la tête de sa poupée a fusionné avec son poing. Oui, vous avez bien lu : Pressia a un poing tête-de-poupée. J'ai relu plusieurs fois la phrase le mentionnant pour la première fois, pensant ne pas avoir dû bien comprendre et lorsque j'ai réalisé que j'avais finalement bien lu, je me suis dit "Oh ! Mon Dieu ! Mais c'est terrible !" Mais Pressia, malgré son handicap, se révèle d'une adresse et d'une volonté incroyables. Dès les premiers chapitres, on ne peut pas nier le fait qu'elle est une héroïne en puissance avec une petite part d'obscurité cachée au plus profond d'elle-même qui la rend crédible.

La vie de Pressia n'a rien d'un rêve bleu. Le monde dans lequel elle vit (ou plutôt, survit) avec son grand-père est dévasté, un véritable champs de ruines et de cendres peuplé de survivants à l'aspect effrayant et de créatures dangereuses. Et en plus, Pressia est sur le point de fêter ses 16 ans, âge fatidique où l'O.R.S. récupère tous les jeunes pour faire d'eux des combattants ou des cibles d'entraînement. Elle sait qu'avec son poing invalide elle serait désignée pour mourir en tant que cible et Pressia n'a pas l'intention de se laisser tirer comme un lapin ! Elle veut vivre ! Elle veut entrer dans le Dôme, cet sorte d'Eden où une minorité triée sur le volet a trouvé refuge au moment des Détonations.

Ensuite, vient Partridge, jeune homme de dix-sept ans qui vit dans le Dôme. Partridge, comme tous les habitants du Dôme, fait partie de ceux qu'on nomme les Purs. Son corps ne porte aucune trace, aucun dommage consécutif aux Détonations. On pourrait penser qu'il a beaucoup de chance de pouvoir vivre dans le Dôme. Mais Partridge ne rêve que d'une chose : en sortir pour découvrir la vérité. Découvrir la vérité sur une personne très proche qui se trouvait à l'extérieur lors des Détonations mais aussi découvrir la vérité sur lui-même. Partridge se sent à part, singulier. Il a l'impression que quelque chose cloche chez lui et il aimerait comprendre. Après avoir échafaudé un plan, Partridge finit par sortir du Dôme. Il découvre avec horreur le monde extérieur et fait la connaissance de Pressia puis de Bradwell (le prochain personnage dont je vous parlerai). Le courant a un peu de mal à passer entre Partridge et le duo Pressia/Bradwell au début. Partridge a du mal à se faire accepter. Son seul "crime" ? Etre un Pur ! Pourtant, les trois protagonistes finiront par se rapprocher et vivre ensemble cette aventure.

Partridge donne une impression de gentillesse et de douceur, une sorte de perfection en accord avec son physique intact. Cependant, au fond de lui brûle la flamme de la révolte et on perçoit dans la dernière partie de ce tome 1, que Partridge devrait être un jeune homme au destin peu commun, une sorte de "libérateur", de "rebelle" ou de "révolutionnaire" qui fera éclater la vérité concernant le Dôme.

Une fois de plus, l'auteure nous offre un personnage tout en reliefs qui, j'en suis sûre, nous promet encore de belles surprises dans les prochains volets.

J'avais promis de vous parler aussi de Bradwell, celui que l'on surnomme "le garçon aux oiseaux dans le dos". Après avoir appris que Pressia avait un poing-tête-de-poupée, vous ne serez certainement pas très surpris que l'un des personnages ait fusionné avec des oiseaux. Encore que... l'horreur monte d'un cran lorsqu'on réalise que certaines personnes ont pu fusionner avec des animaux ou d'autres personnes et que ceux-ci sont encore vivants ! Car, oui, les oiseaux dans le dos de Bradwell sont tout ce qu'il y a de plus vivants et ils agitent leurs petites ailes au gré de l'humeur et des sentiments de celui-ci. Mais Bradwell n'est pas le cas le plus terrifiant ou surprenant : tout au long du récit, on rencontre bien d'autres fusions encore plus effrayantes (Chut ! Je ne vous dévoilerai rien de plus à propos de ces fusions. ;-) ).

Revenons-en à Bradwell. Ce jeune homme a tout d'un battant. Il a réussi à survivre seul alors qu'il n'était qu'un gamin. Il sait se défendre, est très bavard (surtout lorsqu'il s'agit de parler du monde d'avant et de casser du bois sur le dos des Purs) et a quasiment toujours réponse à tout. Il peut paraître un peu agaçant à certains, moi, j'avoue l'avoir beaucoup aimé. Il ressent un certain attachement à Pressia : leur première rencontre, quoique tumultueuse, a suffi à Bradwell pour avoir envie de revoir la jeune femme. Mais, dans ce tome 1, pas d'histoire d'amour à la guimauve. Par habitude, j'envisageais aussi une sorte de triangle amoureux entre Pressia, Bradwell et Partridge. Et je me suis rendue compte, au fil de ma lecture, que j'étais légèrement à côté de la plaque. Tant mieux ! Je suis ravie de m'être trompée sur toute la ligne (mais je ne vous dirai pas pourquoi. ;-) ).

Passons au dernier personnage qui m'a marquée : El Capitan. Je ne vous dirai pas grand-chose sur El Capitan pour la simple et bonne raison que je préférerais vous le laisser découvrir par vous-même. Cependant, sachez que ce personnage que j'avais envie d'étriper lorsque je l'ai rencontré les premières fois a finalement réussi à s'attirer ma sympathie. Un personnage que j'avais tout d'abord classé dans les "méchants" de l'histoire et pour qui j'ai fini par revoir mon jugement. Il a un côté protecteur, paternel même, qui m'a fait fondre.

Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier aux premières impressions. Et cette remarque est valable pour d'autres personnages du roman que je ne vous présenterai pas ici.

----------------------------------------------
Mon avis concernant ce roman :

Une dystopie classée Young Adult que je déconseillerais aux moins de 15 ans.

Pourquoi, me direz-vous ? La raison est simple : ce roman est effrayant de réalisme, dur, sombre et porteur d'une certaine violence.

Mais il ne faut pas croire que je n'ai pas aimé. Loin de là ! J'aime ce genre d'histoires qui nous retournent de par leur réalisme. J'aime ces romans qu'on referme en se disant "Cette histoire pourrait bien arriver un jour", tout en frissonnant dans son fauteuil.

Ce roman, en bonne dystopie, nous fait entrer dans un monde où l'organisation est différente de ce que nous connaissons et où tout est sombre. Même la petite lueur que l'on pense distinguer au départ n'est qu'obscurité. En effet, le fameux Dôme qui semble être considéré comme une sorte de paradis terrestre, se révèle cacher de terribles vérités. On se rend vite compte qu'on ne vit pas plus dans le Dôme qu'à l'extérieur. Bien sûr, à première vue, on pense qu'il est préférable de faire partie de ceux qui vivent dans ce Dôme plutôt que des malheureux qui vivent dans les ruines et la cendre de l'ancien monde. Mais au fil des pages on arrive à ouvrir les yeux sur la réalité : le Dôme ne vaut peut-être pas beaucoup mieux que l'extérieur. Et c'est par le biais de Partridge que l'auteure nous fait passer ce message. Si tout était si parfait, si merveilleux à l'intérieur, alors, pourquoi voudrait-on s'en échapper ? Partridge ne sait pas tout mais il sait que les dirigeants du Dôme cachent beaucoup de choses et qu'on ne dit pas toute la vérité aux Purs.

De l'autre côté, dans la cendre, la grisaille et la désolation, Pressia espère trouver le moyen de pénétrer dans le Dôme, ce lieu où il fait bon vivre, cet endroit où les Purs n'ont pas à lutter pour leur survie. Elle serait prête à tout pour y entrer. En observant Pressia, on se rend compte à quel point il peut être tentant de basculer du mauvais côté pour arriver à ses fins. On découvre aussi combien un être humain, soit-il une jeune femme à l'aspect fragile, peut faire des choses qu'il estimait impensables, comme tuer. A l'instar de Katniss, l'héroïne célèbre de la série Hunger Games, Pressia est d'une force intérieure hors du commun. Elle arrive à surmonter l'insoutenable et finit par rester loyale à ses amis.

Bradwell ne cesse de nous lancer un avertissement savamment caché derrière ses séances de remémoration de l'Avant. C'est un peu comme si on nous disait "Attention ! Vous pourriez bien un jour regretter tout ce que vous avez aujourd'hui. Il suffit de pas grand-chose pour que votre monde bascule."

Notre monde est toujours sous tension, une guerre est toujours susceptible d'éclater à l'improviste sous n'importe quel prétexte. La bombe atomique est une réalité. Si on n'y prête pas garde, un jour, les Détonations décrites dans ce roman pourraient devenir elles aussi réalité. L'auteure s'est d'ailleurs inspirée de faits réels pour écrire ce livre. Elle s'est longuement documentée sur Hiroshima et les conséquences qu'une explosion nucléaire a pu avoir sur les populations. Julianna Baggott a réussi à la perfection ce travail de retranscription des horreurs que peut provoquer une guerre nucléaire en y ajoutant sa petite touche personnelle. Cet ancrage dans la réalité, dans des faits passés qui seraient susceptibles de se reproduire, ajoute au côté terrifiant de ce récit.

J'ai vraiment apprécié le style de l'auteure qui arrive à nous décrire une vision post-apocalyptique et toutes les horreurs qui l'accompagnent tout en conservant une certaine beauté, une certaine poésie. On a un peu l'impression de regarder des clichés de guerre dont l'aspect insoutenable est légèrement adouci par la forme. Mais attention, l'ensemble donne tout de même un récit dur, sombre, à l'atmosphère suffocante.

Certains regretteront peut-être le choix du point de vue narratif (troisième personne omnisciente) sous prétexte qu'il est difficile de s'identifier à l'un des personnages car on ne baigne pas directement dans ses sentiments profonds. Personnellement, je n'ai aucun reproche à faire quant à ce choix. Je trouve que le fait d'avoir une vue d'ensemble en tant qu'observateur omniscient suffit à se plonger véritablement dans l'atmosphère et à s'attacher non pas à un personnage mais à la quasi totalité d'entre-eux. Pas besoin qu'on nous décrive avec précision les sentiments ressentis par chaque personnage : on les devine facilement grâce au contexte.

Un autre petit détail que j'ai aussi bien aimé : la longueur des chapitres et l'alternance des points de vue. Beaucoup de chapitres courts qui permettent d'avancer dans notre lecture même si on n'a que cinq minutes devant soi (j'ai horreur de devoir interrompre ma lecture en plein milieu d'un chapitre). Chaque chapitre est écrit du point de vue de l'un des personnages, ce qui rythme le roman de manière cinématographique. Pas étonnant qu'une adaptation soit déjà prévue pour le grand écran !

-------------------------------------------
En conclusion :

Un roman qui a atterri un jour par surprise dans ma boîte aux lettres et que je conseille aux plus de 15 ans qui aiment lire de la dystopie non-édulcorée. Une histoire de complot et de fin du monde vraiment prenante et bouleversante. Des personnages attachants et hauts en couleurs. Un thème fort mis en scène avec beaucoup d'imagination. Une forte envie de dire "Vite ! La suite !"...

Bref. Pure a été une vraie lecture coup de coeur pour moi.

Un grand merci aux éditions J'ai Lu et à l'auteure Julianna Baggott pour m'avoir permis de le découvrir.



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Invité le Mar 2 Avr 2013 - 12:54

Je l'ai gagné en Partenariat Joker avec ce forum, je ferai de mon mieux pour en faire une bonne chronique...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par mandy911 le Jeu 11 Avr 2013 - 15:24

J'adore la couverture!
Dans ma wish Smile
mandy911
mandy911
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 22
Messages : 2020
Date d'inscription : 27/01/2012

http://universlivresque.blogspot.be/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Channah le Sam 18 Mai 2013 - 22:47

J'ai donc attaqué la lecture de ce roman, et wow je n'ai pas du tout accrochée pourtant il y avait tout ce qu'il faut mais un grand mais plutôt perso. Je sentais l'odeur des corps brûlés, des blessures suantes et purulentes. Et cela m'a replongé dans ce qui fut mon quotidien pendant quelques années, les plaies, les débridements, les sutures, et du coup je n'ai pu avancé plus loin. Quand vos cinq sens sont confrontés tous les jours à l'horreur des corps meurtris, mon échappatoire est justement dans les livres pour évacuer toute la douleur des heures passées avant. Je pense que le passage qui a déclenché un trop de chez trop, c'est l'homme sans mâchoire, j'ai déjà vu ça, et c'était infecté de vers, une odeur horrible alors là j'ai senti la chair pourrie, j'ai vu le trou béant, j'ai entendu le sp coule, etc donc je passe Suspect

Pas de vote pas de note intentionnelle.
Channah
Channah
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 37
Messages : 1005
Date d'inscription : 23/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Invité le Dim 19 Mai 2013 - 10:06

Hâte de recevoir le livre ! zen

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Nathan le Mer 3 Juil 2013 - 18:07

Bon, voilà ma chronique.
Au dernier moment, mais ça valait le coup: 2 pages d'éloges ...
et vu celle-ci, je ne peux que mettre 5/5 coeurs 

Il est des livres dans le vaste monde de la littérature qui vous laissent fascinés. Des livres qui sont hors de toute catégorie, qui se détachent de tout autre ouvrage et qui provoquent en vous des sentiments inattendus. Ce fut le cas pour moi lorsque j’ai découvert Pure. Reçu en partenariat avec le forum Club de lecture (et je remercie chaleureusement Karine), j’étais curieux de lire ce roman qui avait eu tant de succès et donc l’histoire particulière faisait grandement envie … Loin de tout ce dont à quoi je pouvais m’attendre, Pure a beau être un roman que j’ai eu du mal à commencer, il n’en reste pas moins livre unique et exaltant, sans doute aux frontières du coup de cœur, mais dans son propre pays, entre passion et coup de ♥️ tant il se détache de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.

Il est vrai que j’ai eu du mal à entrer dans l’univers de Pure … je l’ai commencé juste avant Phænix tome 2, avant de l’interrompre pour celui-ci, l’ai continué juste avant le salon du livre jeunesse de l’île d’Aix, lorsque j’accueillais Carina Rozenfeld, son fils et Clémentine, puis pendant le BAC, les révisions, un séjour chez mes grands-parents … en 3 semaines, j’ai donc lu à peine 150 pages, et c’est peut-être pour ça que je n’ai pas tout de suite adhéré à l’intrigue de Pure, dont j’attendais mieux, du moins pour ce début sans doute trop lent. Lire un roman de façon trop éparse nuit à la qualité de la lecture, mon expérience a su me le prouver quelques fois … mais ces trois derniers jours, j’ai donc pu dévorer les 400 dernières pages du bouquin avec un immense plaisir. Si vous n’accrochez pas dès le début, je vous en conjure, continuez : cela en vaut largement la peine.

On croit que Pure est un roman dystopique, ou un roman de science-fiction. Le seul qualificatif qui pourrait lui convenir serait en fait : roman post-apocalyptique. Et encore là, c’est à se demander si cela est bien vrai… Pure sort en effet des sentiers battus. On est loin du schéma dystopique classique de la littérature adolescente actuelle : le personnage fort, rebelle qui va petit à petit s’intégrer à un mouvement visant à renverser le gouvernement oppressant. Non. Pure a un univers bien particulier : notre monde (futuriste en fait) a été dévasté un jour lors des Détonations : tout a été décimé, les villes détruites, les constructions fondues… fondues oui. Les survivants sont marqués de cicatrices, de brûlures … et leurs corps ont fusionné. Une mère tenait un enfant dans les bras ce jour-là ? Ils ont fusionné, s’ils ont au moins survécu … Un homme avait un ventilateur de poche pour se rafraîchir ? Il est maintenant en lui, au fond de sa gorge … Notre héroïne a une tête de poupée autour d’une main, Bradwell a des oiseaux dans le dos, d’autres encore ont leur frère dans le dos, une croix sur le corps, des éclats de verre sur le visage, … Julianna Baggott va plus loin que d’insérer des personnages dans son roman : ses personnages sont cet univers.
Et même bien plus, elle confronte le lecteur a des idées qu’elle n’exprime pas directement mais qu’elle suscite. Car bien que ce monde soit pollué de cendre et de poussière, bien qu’il se cache partout dans ces terres brûlées des Poussières, des créatures malfaisantes, des Hommes qui ont fusionné avec le sol, bien que les gens souffrent de toutes ces fusions, il y a là-dedans une certaine beauté. Et comme il l’est dit à un moment : la beauté ne peut exister sans laideur, l’un et l’autre sont indissociables. Et ce qui peut être laid par sa raison d’être, par ce qu’elle induit, peut aussi posséder une certaine beauté. Et je dirais sans aucune hésitation que l’univers créé par Julianna Baggott est beau.

Je parlais plus haut des personnages … s’il est un point fort de ce roman, outre l’univers, c’est bien celui des personnages. J’ai été épaté par la véracité des héros de Pure. Les personnages de roman ont longtemps été des héros, des guerriers d’épopée sans peur et sans reproche, des chevaliers servants. Seulement aujourd’hui, ce dont nous sommes à peu près certains et que nous apprécions, c’est que le personnage de roman est avant tout (enfin quand c’est le cas, on omet le fantastique ou autres cas spécifiques) un humain. Un personnage n’est pas fait que de qualité, il est aussi fait de défauts et de faiblesses humaines. Un personnage peut trahir, décevoir, craindre, pleurer. Et c’est là toute la force des héros de Julianna Baggott. Ils sont profonds, travaillés dans le moindre détail, et terriblement réels, et donc attachants. Il en va de même pour leurs relations qui, loin de tout manichéisme et évidence, sont complexes, parfois ambigües. Après tout, sauriez-vous tout le temps qualifier clairement la moindre de vos relations ?
Pour aller un peu plus dans le détail, je vous présenterai donc d’abord notre personnage principal : Pressia. Pressia est une jeune-fille qui a une tête de poupée à la place d’une main, un grand-père fatigué et très peu d’affaires personnelles. Tout juste quelques insectes mécaniques dont la beauté transparaît par son regard. Ce personnage fort, sensible, attachant à l’aïeul touchant va croiser le chemin de Bradwell : un garçon agaçant, rebelle, mais encore plus fort que Pressia, courageux, tout en ayant sa part de tendresse et de fragilité. Mais elle va aussi croiser (bien sûr vous vous en doutiez) la route d’un Pur (habitant du Dôme qui se dresse à l’horizon et protège des Hommes privilégiés) : Partridge. Partridge est plus proche de ces héros dystopiques rebelles. Mais il a quitté le Dôme plus pour échapper à la présence oppressante de son père qu’il hait, et surtout pour retrouver sa mère, que pour concevoir un acte révolutionnaire. Du moins de son propre gré… Ces trois-là vont se rencontrer, et faire chacun dévier le chemin des autres. Ils vont voir leur vie, leur opinion, leur avenir bouleversés. Mais de quelle façon ?
Et ils vont s’entourer de bien d’autres personnages encore, plus ou moins bons, plus ou moins des alliés, et leurs relations seront plus ou moins soudées. Et je pourrais disserter des pages là-dessus. Mais toujours des personnages et des liens complexes et intéressants, profonds et creusés.

Un bon roman se caractérise aussi par la qualité de narration. Et là encore c’est tout bon ! J’ai réellement senti que Julianna Baggott enseignait dans un programme d’écriture de l’université de Floride. Son vocabulaire est très riche et bien qu’il faille prendre une distance comme le texte que j’ai eu entre les mains est une traduction, on lit de très bonnes descriptions, un art de la narration indéniable, un style envoûtant, une manière d’alterner réflexions, pensées, moments doux, scènes d’action, descriptions… Pure c’est 530 pages pendant lesquelles, une fois bien rentrés dans l’histoire, on ne s’ennuie pas !
Vous ai-je dit que la narration était d’ailleurs alternée ? … enfin à dire vrai on a toujours un narrateur à la troisième personne, mais qui alterne les points de vue : Pressia et Partridge bien entendu, mais aussi Lyda ou El Capitan par exemple …cela donne un vaste champ de vision de l’histoire et des personnages.
Malgré tous ces points de vue, ne vous détrompez pas, il reste beaucoup de zones d’ombre dans Pure. Des mystères non élucidés, des évènements imprévus. Car si j’ai adoré ce roman, c’est aussi par son rythme effréné et cet art de l’inattendu. Les révélations vous tombent dessus sans que vous les ayez vues venir, les rebondissements sont parfois réellement à couper le souffle. Et le tout forme un ensemble parfait, où tout vient s’imbriquer sans aucun problème, où tout, jusqu’au plus petit élément, alors que vous ne le soupçonniez pas, a sa place.

Vous l’aurez compris, comme moi je viens de le comprendre en écrivant cette chronique, Pure a 10/10 partout et je ne m’étais pas rendu vraiment compte, avant de mettre des mots sur ce roman, que celui-ci était d’une qualité remarquable. Cet univers ô combien séduisant s’inscrit dans une intrigue au rythme endiablé rondement bien mené par la riche plume de Julianna Baggott. Cette auteur mondialement connue (et on comprend pourquoi !) donne vie à des personnages profonds et attachants qui ne sont pas bons ou méchants, mais juste humains. Un roman entre dystopie, science-fiction, post-apocalyptique incontournable.
Nathan
Nathan
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Masculin Age : 22
Messages : 1704
Date d'inscription : 10/05/2011

http://bouquinsenfolie.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Karine le Jeu 18 Juil 2013 - 21:19

Super avis Nathan !!!!!! Merci

_________________
PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Karine10
Karine
Karine
ADMIN & FONDATRICE DU FORUM
ADMIN & FONDATRICE DU FORUM

Féminin Age : 39
Messages : 18826
Date d'inscription : 11/05/2009
Localisation 2B (Haute-Corse)
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : ADMIN du Forum

http://aimerlire.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par titisse le Sam 3 Aoû 2013 - 13:10

Il est dans ma PAL ! Je vais bientôt le lire vu tous ces avis positifs ! Vous me donnez envie Smile
titisse
titisse
Plume de satin
Plume de satin

Féminin Age : 32
Messages : 167
Date d'inscription : 03/03/2012
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Etudiante

http://rexlit.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Littlepadfoot le Ven 23 Aoû 2013 - 1:16

Je tiens d'abord à remercier les éditions J'ai Lu ainsi que Club de Lecture qui m'ont permit la découverte de cette superbe dystopie !

Je veux d'abord m’attarder sur la couverture que je trouve simple mais belle et surtout significative. Même sans avoir lu le livre on peut voir que la couverture représente le Dôme, brillant de vie. Puis on voit la 4ème de couverture, la même image en plus sombre, sans lumière, le papillon est alors sans vie, comme le Monde après les Détonations pour ceux qui sont hors du Dôme. De plus le papillon a une signification dans le livre, car Pressia, l'héroïne, en confectionne pour les vendre afin de survivre elle et son grand-père. Ces petites sculptures sont des fibres du passés car il n'y a plus aucun papillon, à part peut-être dans le Dôme...

On entre dans l'histoire par le point de vue de Pressia, elle vit en dehors du dôme avec son grand-père. Elle est alors à l'aube de ses seize ans, âge auquel la milice recrute de force les plus forts comme les plus faibles, ils finissent toujours par leur trouver une utilité...
Mais en plus de cela, le monde de Pressia est teinté d'horreur et de menace perpétuelle : les Détonations ont ravagé la terre, c'est un combat de tous les jours pour survivre, pour ceux qui restent du moins. Car, tous ceux qui étaient hors du Dôme lors des Détonations ont subis des mutilations ou des fusions plus ou moins grave. Pressia tenait sa poupée dans sa main lors des Détonations, elle est obligée alors de vivre avec comme elle l’appelle son poing-tête-de-poupée. Au fur et à mesure on rencontre les personnages meurtris, fusionnées avec des multiples objets se trouvent proches d'eux aux Détonations : ventilateurs, oiseaux, éclats de verres ou même avec un membre de sa famille...Certains finissent par en mourir, plus ou moins rapidement, tous ont quelqu'un de mort à leur côté. Pour en rajouter il y a les menaces des Bêtes et des Poussières, des hommes fusionnées avec des animaux ou avec le sol qui sont devenues des créatures malfaisantes prêtes à attaquer pour leur survie.
Pourtant, Pressia va vouloir fuir, pour éviter la milice qui l'attend de pied ferme dès ses seize ans.

Si on s'intéresse au Dôme maintenant, on pense à la vie, l’apparence belle et lisse de ce monde inespérée pour ceux qui y vivent et qui évitent les horreurs que vivent tant d'autres. Pourtant la vie est trop rangée et parfaite, on le remarque par le point de vue de Partridge qui est le fils d'un homme haut placé dans le gouvernement. Le Dôme lui paraît oppressant tout comme son père, Partridge sait qu'il lui dissimule des choses par rapport à sa mère, morte car elle n'a pas eu le temps de rejoindre le Dôme. Il veut s'enfuir du Dôme, pour aller dehors, quitte à enfreindre toutes les règles. Normalement on ne peut s'enfuir du Dôme. Il s'échappe donc au même moment que Pressia s'enfuit de chez elle. Leur rencontre va tout bouleverser, pour les deux mondes, mais ils ne savent pas pour l'instant à quel point.

J'ai apprécié les chapitres courts et le changement de point de vue à chaque chapitre, ça rend la lecture plus fluide et ça évite les longueurs. J'ai pourtant eu du mal à rentrer dans l'histoire, probablement à cause de l'univers que crée Julianna Baggott, qui est compliqué et intéressant, au point qu'on ne veut pas en louper une facette. Il y a une vraie recherche d'originalité de la part de l'auteur, pour l'Univers crée, mais aussi pour l'historie, qui diffère bien des dystopies romantiques. Pure est beaucoup plus dur et réaliste, on laisse place à la survie plutôt qu'aux sentiments amoureux.
Parmi les personnages, j'ai beaucoup aimé Bradwell, un des personnages secondaires qui va aider les deux protagonistes. On apprend à le connaître au fur et à mesure, et sa présence est bénéfique au sein du duo. Les deux héros, je les ait apprécié sans plus, je trouve que c'est justement les personnages secondaires qui les rendent plus brillants et plus forts, je parle de Bradwell, de El Capitan, pour qui j'ai eu longtemps une impression négative, et puis Lyda, une autre fille du Dôme, qui a un lien particulier avec Partridge.

Pure est une belle découverte et une bonne dystopie, un agréable changement en terme d'histoire et d'univers, avec presque aucun défaut ! Je lirais le tome 2 avec plaisir.

4,5/5  


Dernière édition par Littlepadfoot le Ven 23 Aoû 2013 - 11:39, édité 1 fois
Littlepadfoot
Littlepadfoot
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 22
Messages : 2087
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation Nantes
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Etudiante en Lettres Modernes et lectrice à temps plein

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Clairdelune le Ven 23 Aoû 2013 - 9:00

Contente que tu aies aimé Little A, j'ai adoré aussi, même s'il est assez spécial ! Et le tome 2 m'attend dans ma pal super 
Clairdelune
Clairdelune
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 21
Messages : 1107
Date d'inscription : 11/05/2010
Localisation Sud de la France
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Lecture/Dessin/Graphisme

http://auparadisdeslivres.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Karine le Sam 24 Aoû 2013 - 14:01

Merci pour ton avis Littlepadfoot

_________________
PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Karine10
Karine
Karine
ADMIN & FONDATRICE DU FORUM
ADMIN & FONDATRICE DU FORUM

Féminin Age : 39
Messages : 18826
Date d'inscription : 11/05/2009
Localisation 2B (Haute-Corse)
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : ADMIN du Forum

http://aimerlire.unblog.fr/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Grazou le Sam 24 Aoû 2013 - 14:13

Ca me fait penser que je dois lire le deux !
Grazou
Grazou
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 33
Messages : 1804
Date d'inscription : 09/08/2010
Localisation Denain
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Collaboratrice Comptable et Audit

http://thecoffeebook.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Invité le Jeu 7 Nov 2013 - 15:54

vos critiques me donnent envie de le lire mais j'avoue que je peine à suivre l'histoire!
tellement de détail s'accumulent que c'est difficile de tout comprendre.
j'en suis au début, je m'accroche ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par M&Tass le Ven 24 Oct 2014 - 19:39

Très envie de lire ce livre, je le mets sur ma wishlist Smile

_________________

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Mtass-11
M&Tass
M&Tass
Spécialiste JEUNESSE/YOUNG ADULT
Spécialiste JEUNESSE/YOUNG ADULT

Féminin Age : 29
Messages : 2863
Date d'inscription : 09/10/2014
Localisation Canada
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : Équitation, photographie, séries TV, lecture

Revenir en haut Aller en bas

PURE (Tome 1) de Julianna Baggott Empty Re: PURE (Tome 1) de Julianna Baggott

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum