Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

LES HEROIDES d'Ovide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis?

LES HEROIDES d'Ovide Vote_lcap0%LES HEROIDES d'Ovide Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LES HEROIDES d'Ovide Vote_lcap0%LES HEROIDES d'Ovide Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LES HEROIDES d'Ovide Vote_lcap100%LES HEROIDES d'Ovide Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
LES HEROIDES d'Ovide Vote_lcap0%LES HEROIDES d'Ovide Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LES HEROIDES d'Ovide Vote_lcap0%LES HEROIDES d'Ovide Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

LES HEROIDES d'Ovide Empty LES HEROIDES d'Ovide

Message par Melusine le Sam 11 Fév 2012 - 12:06

LES HEROIDES d'Ovide 61085107_p

Résumé

Les Héroïdes sont des lettres imaginaires que le poète latin attribue à Pénélope, Ariane, Didon, Médée et autres figures féminines célèbres de la mythologie gréco-romaine, montrées alors qu'elles adressent un ultime message d'amour à leur amant lointain, ou encore à des couples mythiques fameux qui livreraient ainsi leur correspondance secrète. L'auteur renouvelle la connaissance que pouvait avoir le lecteur contemporain de ces épisodes illustres de la fable antique, en les présentant du point de vue de l'intimité des héros : ces lettres comblent les vides de l'histoire connue par l'Iliade, l'Odyssée ou par les grandes tragédies grecques et livrent un aperçu inédit d'un personnage ou d'un événement, laissant librement s'exprimer la plainte ou la rêverie de l'épistolier en d'infinies variations. Mais, plus encore, l'œuvre révèle une réflexion poétique inédite : sollicitant la connivence du lecteur par les multiples références aux textes-sources, le poète donne à voir comment il convertit en genre élégiaque une matière épique, tragique, ou bien encore empruntée à la poésie alexandrine, au grès d'une exploration affinée des codes littéraires

330 pages
Antiquité
8,40 €
EDITIONS FOLIO

Melusine
Melusine
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 32
Messages : 1953
Date d'inscription : 28/02/2011
Localisation Bourgogne

http://mabouquinerie.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

LES HEROIDES d'Ovide Empty Re: LES HEROIDES d'Ovide

Message par Melusine le Sam 11 Fév 2012 - 12:07

Mon avis: dans la mythologie grecque et romaine, force est de constater que les femmes n'ont pas d'histoires bien heureuses. Qu'il s'agisse de Pénélope, dont le mari est maintenu au loin pendant vingt ans, d'Hélène responsable de la guerre de Troie, de Médée répudiée par Jason et prise de folie ou de Didon abandonnée pour ce qui ressemble bien à des raisons d'état, elles sont le plus souvent seules, désespérées par l'absence de celui qu'elles aiment. Quelles lettres auraient-elles donc pu bien écrire à celui qui est loin? Voilà l'objet de ce livre.
La littérature latine m'avait presque manqué. Il faut dire que j'ai été une fervente latiniste pendant mes études. J'ai donc retrouvé avec une sorte de nostalgie (oui je suis maso) cette langue pleine de formules si familières que je maniais moi-même. Je me rappelle d'ailleurs avoir traduit les mots d'Ariane, "oubliée" par Thésée sur l'île où ils se sont arrêtés pour passer la nuit:

"Ce que tu lis, je te l'envoie, Thésée, du rivage d'où les voiles emportèrent sans moi ton vaisseau, du lieu où je fus indignement trahie, et par mon sommeil, et par toi qui en profitas odieusement".

Si vous éprouvez déjà une indigestion d'éloquence, passez votre chemin: toutes les lettres sont sur ce ton. Ce qui m'a d'ailleurs marqué, c'est à quel point le discours amoureux se ressemble: toujours les mêmes formules, toujours la même passion, toujours la même naissance de l'amour, la même tension entre dévouement, suspicion, oubli de soi et reproche. Ovide est d'ailleurs celui qui prétend que parler d'amour, ça s'apprend, il y a des méthodes, des "trucs". Et ce qui est épatant, c'est comment ce discours amoureux identique sur la forme peut cependant changer de sens en fonction du contexte. Car ce livre a surtout été une bonne occasion de réviser et d'approfondir ma mythologie: saviez-vous qu'avant de provoquer une guerre en étant enlevée par Pâris, Hélène de Sparte avait déjà été enlevée par un certain Thésée, jeune et fringant? Que c'est justement ce que lui reproche Oenone, la fiancée du Pâris en question laissée de côté au profit d'Hélène: on ne se fait pas enlever si souvent sans le chercher un peu. Et que dire de Jason, qui a le privilège de recevoir deux lettres, d'abord d'Hypsipyle, sa première épouse qui le met en garde contre une Médée capable d'assassiner ses frères pour suivre un amant, puis par Médée elle-même, répudiée à son tour, qui ne répond plus de ses actes devant une telle réponse à tous les sacrifices qu'elle a fait. Songez donc au sens différent que peut prendre cette simple menace, "je ne réponds plus de moi", dans la bouche d'une Médée ou dans celle d'une Oenone.
J'ai donc passé un bon moment de lecture. J'adore la mythologie et ses amours compliquées dignes d'un soap de bas étage. Et voir Pâris saisir le prétexte de se croire élu divin pour quitter une Oenone aimante et courir enlever une Hélène qui ne veut pas de lui a quelque chose de doucement réjouissant, non?

Ma note: 4/5
Melusine
Melusine
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 32
Messages : 1953
Date d'inscription : 28/02/2011
Localisation Bourgogne

http://mabouquinerie.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum