Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

LA PETITE de Michèle Halberstadt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis

LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_lcap33%LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_rcap 33% 
[ 1 ]
LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_lcap0%LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_lcap33%LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_rcap 33% 
[ 1 ]
LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_lcap33%LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_rcap 33% 
[ 1 ]
LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_lcap0%LA PETITE de Michèle Halberstadt Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 3

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par vany le Ven 19 Aoû 2011 - 14:21

LA PETITE de Michèle Halberstadt 97822210

Résumé

" J'ai 12 ans et ce soir je serai morte. Méfiez-vous des enfants sages. "
Elle n'a pourtant vécu qu'une enfance ordinaire, celle des années 1960 où l'on gardait pour soi secrets et blessures : se sentir terne et insignifiante, et surtout bête et laide. Mais il faut se méfier des enfants sages, ils portent parfois en eux des océans de désespoir... Michèle Halberstadt, l'auteur d'Un écart de conduite, décrit avec autant de justesse que de sobriété le monde de l'enfance, l'engrenage insidieux du silence et du mensonge, et la peur de grandir.
150 pages
17 août 2011
Editions Albin Michel

12€26
vany
vany
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 38
Messages : 2264
Date d'inscription : 13/05/2009
Localisation Trelazé, 49, Maine et Loire
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : En congé parental

http://vanytheque.fr/

Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty Re: LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par Invité le Dim 28 Aoû 2011 - 1:25

Michèle Halberstadt a déjà fait parler d'elle avec ses deux précédents romans : Un Ecart de conduite et L'Incroyable histoire de Mademoiselle Paradis que je n'ai pas encore eu l'occasion de découvrir. C'est donc sans attentes particulières que je me suis plongée dans ce court roman, intriguée par la quatrième de couverture assez énigmatique.

Le début de l'histoire est percutant. On suit les dernières heures d'une petite fille de douze ans qui a avalé tous les médicaments de l'armoire à pharmacie de la famille et se rend ensuite à l'école en espérant que personne ne se rendra compte de rien, en priant pour que personne ne la sauve... Sa détermination et son sang-froid sont effrayants. La suite du roman nous dévoile ce qui a mené cette petite fille jusque là. C'est un récit troublant qui nous montre que des petits riens peuvent mener à l'irréparable, qu'on ne soupçonne pas toujours le mal-être de ceux qui nous entoure... "La petite" grandit dans une famille semblable à beaucoup d'autres, dans les années soixante, et souffre d'un fort sentiment d'infériorité. Elle n'est ni belle, ni intelligente, ni marrante, elle n'a pas d'amis, est moins éblouissante que sa soeur, moins intéressante que les autres, du moins c'est ce qu'elle pense.

Si j'ai aimé ce récit très touchant, je ne l'ai pas trouvé d'une grande originalité. Il y a de nombreux clichés et l'histoire a vraiment un goût de déjà-vu/lu. Ce qui me gêne le plus, c'est que ce récit est très court. Il ne fait que 148 pages, mais il pourrait en faire moitié moins puisque le livre est d'un tout petit format (presque un poche) et que le texte est très espacé. Certes, c'est agréable à lire, mais c'est presque aussi court qu'une nouvelle et à 12,90€, ça fait tout de même un peu cher pour un livre si vite lu, même si on passe un moment agréable. J'ai aimé suivre les pas de cette petite fille, partager sa solitude et ses blessures, mais je n'ai pas été bouleversée comme j'ai pu l'être avec d'autres livres de ce genre. J'en attendais plus et je suis déçue. Je m'étais imaginée un tas d'histoires, toutes plus originales les unes que les autres et même si celle-ci m'a plu, elle reste très convenue. Je reste moyennement convaincue par ce titre, mais je lirai volontiers d'autres romans de l'auteure.

" A quoi bon vivre quand on craint à ce point d'être soi-même ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty Re: LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par vany le Dim 28 Aoû 2011 - 8:26

oh mince, j'étais pourtant sur d'avoir mis mon avis.... lol

Alors, le voici :
J’ai commencé ce livre et en moins d’une heure, je l’ai terminé. Les 150 pages ne sont pas étrangères à la rapidité de lecture de l’œuvre, mais surtout, l’histoire en elle-même m’a prise dans ses filets, sans vouloir m’en relâcher.

Ce livre raconte l’histoire d’une enfant solitaire de 12 ans, qui se sent seule et abandonnée, et décide d’en finir avec la vie.

Le résumé m’avait alléché, alors, quand j’ai eu l’occasion d’avoir ce livre, j’ai sauté dessus. Et je ne le regrette pas.
Monique, la « petite », est plus qu’attachante. On voudrait pouvoir la sortir d’entre les pages pour la serrer sur son cœur, et lui dire que tout se passera bien, qu’elle n’est pas seule.
Qu’une enfant de 12 ans ai une vision si réaliste et en même temps si pessimiste de la vie et de son avenir est poignant.
Les chapitres sont courts, concis, ne s’embarrassent pas de détails inutiles. Chaque mot nous mène vers une fin inexorable. Du moins, le croyons nous!

Les derniers chapitres, après le geste ultime de cette enfant, sont magnifiques! Tant de beautés, d’espérance…
Quand je suis arrivée à la dernière page, j’étais déçue de ne pas en savoir plus!

J’espère sincèrement que Michèle Halberstadt aura l’idée d’une suite aussi belle que ne l’est ce livre. J’aimerais tant savoir ce que deviendra désormais « La Petite » qui, en l’espace d’une heure, a fait battre mon cœur au rythme du sien
vany
vany
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 38
Messages : 2264
Date d'inscription : 13/05/2009
Localisation Trelazé, 49, Maine et Loire
Emploi/Loisirs Emploi/Loisirs : En congé parental

http://vanytheque.fr/

Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty Re: LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par Florel le Dim 25 Sep 2011 - 15:04

Alors voici le mien Smile

L’histoire étant proche de moi, j’ai voulu lire ce livre pensant qu’il me plairait grandement. Qu’est ce que je me suis trompée !

L’histoire en elle-même est parfaitement plausible, cette petite fille trop sage, renfermée sur elle-même et se dégoûtant par ses paroles, ses actes, sa façon d’être est ce qui peut avoir de plus vrai. Cependant quand on s’arrête sur des détails, même pas ! Sur un détail en particulier, on s’aperçoit que c’est une histoire qui sonne très vite faux, sur laquelle il n’y a pas lieu de s’arrêter ni de se sentir triste, proche ou quoi que se soit d'autre, du personnage. Surtout que pas de bol, ce détail se trouve dans les premières pages. Pour mieux comprendre mon ressenti je vous mets la chronologie de la journée où cette petite fille a décidé de mourir.



- Entre 8h00 et 9H00 cette petite fille avale les cachets de plusieurs tubes dont des somnifères. Il lui faut cinq grands verres pour tout avaler.

- 9H05 : elle est en étude. Tout va bien, elle n’a pas sommeil.

- A 11H10 : en cour de science elle s’endort. Déjà je suis étonnée qu’à ce moment là elle n’aie pas envie de vomir, car avec beaucoup trop de cachet dans le sang c’est souvent impossible de ne pas avoir envie de gerber, et à mon avis c’est surtout le cas à 12 ans… Par ailleurs je suis aussi étonnée qu’elle ne soit pas plus désorientée que ça, car avec plusieurs tubes de cachets dans le sang elle a l’air plutôt bien consciente et n’a pas spécialement de vertige.

- A 12H00 sa mère vient la chercher. A ce moment elle a juste les jambes engourdies et la tête qui flotte, et chose incroyable elle arrive assez bien à dominer son envie de dormir ! Malgré un assoupissement. Néanmoins autre point qui me chiffonne à en cet instant précis, c’est qu’elle arrive à rentrer chez elle toute seule, sans l’aide de personne et ce malgré ses vertiges… Je peux vous assurer que les vertiges qu’on a dans ces cas là sont justes terribles et vous ne faite pas trois pas sans tomber parterre ou vous accrochez au mur, mais bon passons car le plus gros arrive.

- Et le plus gros et ceci. A 15H00 cette jeune fille ne dort toujours pas, et chose curieuse elle arrive à lutter tant bien que mal contre le sommeil. *o* Bien que quand le médecin arrive peu de temps après, il la réveille. Je tiens quand même à rappeler qu’elle a pris plusieurs sortes de cachets le matin entre 8H00 et 9H00, et que logiquement à ce moment là si elle n’a pas vomi et même avec ça en fait, elle devrait dormir depuis belle lurette. Sauf si bien sûr les cachets en question sont des Smarties.

Je ne suis pas médecin, mais si je me permets de parler de ça et de critiquer d’une manière plutôt mauvaise ces quelques pages, c’est parce que comme je l’ai dit cette histoire me touche de près. Comment vous dire qu’avec un an de plus et moins dans le sang, je n’ai pas tenu son record. Que j’ai tenu à tout péter deux heures, et qu’il était alors pour moi impossible de marcher sans me manger la tronche parterre. Pas plus qu’il m’aie été possible d’être consciente de se qui arrivé ensuite.

Certes c’est un détail du livre mais je dois avouer qu’il m’a trop frappé pour passer au travers, et idem pour la fin. Une psy qui dit à cette jeune fille, qu’à 12 ans elle a fait un tour complet sur elle-même, qu’elle n’a plus besoin des autres rendez-vous après cette première rencontre c’est juste énorme pour moi. Expliquer pourquoi et expliquer ce pourquoi, pour moi ce n’est pas ce que j’appelle faire un tour complet sur soi même, d'ailleurs et en toute logique on travaille dessus ensuite. Je veux bien admettre qu'ici nous sommes en 1968, mais faut pas déconner non plus…

Sinon sans ça, et malgré les passages où elle raconte sa vie qui ne sont pas toujours intéressants, l’histoire peut être attachante. Cette jeune fille est touchante par sa façon de penser et d’agir. Sa façon de vivre couper du monde pour ne plus souffrir de ce qui n’arrive pas et de ce qu’elle a attendu. En ça l’auteur a vraiment fait un beau portrait qui se révèle particulièrement vrai, mais hélas pour moi ça s'est arrêté là. Je n’ai pas marché plus dedans, dommage…

En résumé l’écriture est charmante, l’histoire dans son ensemble aussi, mais ces détails gâchent tout, donc… Bref. A vous de voir.
Florel
Florel
Plume de laine
Plume de laine

Féminin Age : 34
Messages : 79
Date d'inscription : 21/03/2011
Localisation Les nuages

Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty Re: LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par Invité le Jeu 27 Oct 2011 - 18:31

Ce roman s’ouvre sur une tentative de suicide, celle de La Petite, 11 ans. Et alors qu’on se demande si elle a réussi, on fait un retour en arrière pour comprendre ce qui a amené cette enfant sage et silencieux à cet acte là. Trop sage, trop silencieuse, presque transparente parfois. Son parcours nous fait froid dans le dos, parce qu’elle n’est pas maltraitée, pas méchante… et que nous n’aurions peut être rien vu nous non plus sans ce début.

Un roman simple pourtant, par ses mots, un roman qui avance tout doucement, inexorablement. Peu de pages, peu de mots, mais j’y ai retrouvé ce que j’avais aimé dans Un écart de conduite. La légerté des mots, la puissance du thème. Cette petite m’a un peu rappelé Paloma de l’Elegance du Hérisson, en moins démonstrative de culture, mais avec une maturité particulière. Je me suis attachée facilement à cette petite, j’ai été émue, touchée, et je me suis dit que c’était vraiment trop jeune pour vouloir mourir.
Son regard sur les adultes est acéré. Au regard de ce qu’elle vit, ces adultes sont à coté de la plaque, totalement, tout au long du roman, et pourtant ils agissent tellement normalement. Du professeur convoque les parents parce qu’elle rêve tant en classe qu’il la croit déficiente au psychologue qui ne sait pas dire les bons mots, les adultes font pâle figure. C’est troublant de se dire que l’on passe peut être à coté d’un tel mal-être…

Un roman difficile mais pas pesant, une belle façon de traiter ce thème. Une fois de plus Michèle Halberstadt a su me séduire!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty Re: LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par Invité le Ven 28 Oct 2011 - 9:06

Celui-là il me le faut !!! je le note précieusement !!!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LA PETITE de Michèle Halberstadt Empty Re: LA PETITE de Michèle Halberstadt

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum