Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

DU SANG SUR LA GLACE de Jo Nesbo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis ?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

DU SANG SUR LA GLACE de Jo Nesbo

Message par Invité le Dim 16 Oct 2016 - 18:07




Résumé

Pas évident de partager la vie de quelqu’un quand on est « expéditeur » à la solde de Daniel Hoffmann, l’un des plus gros trafiquants d’Oslo… Mais, lorsque votre patron vous demande d’expédier sa jeune et belle épouse infidèle et que vous tombez amoureux de votre cible, les choses se compliquent singulièrement.


176 pages
mars 2016
FOLIO

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: DU SANG SUR LA GLACE de Jo Nesbo

Message par Invité le Dim 16 Oct 2016 - 18:07

Mon avis : Dès les premières pages, nous découvrons le métier peu probable d’Olav : celui-ci nous explique tuer les gens qui le méritent. Narrateur de ce thriller, il nous invite dans son quotidien, et nous relate quelques-une des missions pour lesquelles il a été employé. Mais lorsque son patron le mêle à sa vie sentimentale, les choses deviennent tout autres, et nous ne tardons pas à nous apercevoir que cet homme qui tue de sang-froid est néanmoins un individu sensible doté d’un cœur, puisqu’il va se retrouver face à une situation qui ne lui offre que deux issues possibles : exécuter les ordres de son patron, ou au contraire essayer de sauver Corina. Et en moins de deux cents pages, Jo Nesbø parvient à nous proposer un thriller basé avant tout sur la personnalité et la psychologie de son héros.

Olav est donc dyslexique, et il se considère comme quelqu’un de peu intelligent, expliquant lui-même qu’il ne pourrait pas être proxénète ni braqueur. Le paradoxe de ce protagoniste est qu’il n’est pas foncièrement méchant : il tue, car il ne sait rien faire d’autre. Nous avons connaissance de peu de choses à son propos – nous ignorons par exemple son âge ainsi que son nom de famille – et des éléments de son passé vont nous être distillés petit à petit au fil du récit. Nous allons ainsi découvrir comment il en est arrivé à devenir un tueur à gages capable d’assassiner de sang-froid d’illustres inconnus. Malgré tout, c’est un personnage attachant, et le lecteur finit par conséquent par être du côté du « méchant ». Le gros point fort de ce roman est donc sans aucun doute la psychologie de ce protagoniste. De plus, nous avons le sentiment d’être le confident d’Olav, ce qui rajoute à la proximité qui se crée entre nous et le héros de ce thriller. Les tiers qui gravitent autour de lui ne manqueront pas de surprendre le lecteur, qu’il s’agisse de Daniel Hoffmann ou encore de Corina.

En à peine plus de cent soixante-dix pages, Jo Nesbø parvient à mettre en scène un thriller efficace, avec une réelle intrigue et des petites histoires qui gravitent autour. Par ailleurs, il y a un vrai travail sur l’écriture, puisque le narrateur semble quelque peu simple d’esprit, et Jo Nesbø parvient à le retranscrire sans rendre pour autant son récit désagréable à lire. En effet, si la façon qu’a Olav de s’exprimer est particulière, nous ne butons pas sur ce qu’il nous relate. Mais nous pouvons voir que c’est à n’en point douter une volonté de l’auteur, puisque d’autres paragraphes sont rédigés dans une langue tout à fait correcte. Enfin, les chapitres relativement courts donnent un rythme au récit, ce qui fait que le lecteur n’a qu’une envie : dévorer Du sang sur la glace pour connaître le fin mot de l’histoire. Quoi qu’il en soit, c’est un des premiers thrillers nordiques que je lis, et je compte bien poursuivre l’aventure !

À recommander : Aux amateurs de thrillers nordiques.

Une citation : « Ce n’était pas vrai que je ne savais pas pourquoi j’avais attendu ces secondes supplémentaires avant de lui planter le bâton dans le corps. C’était pour prolonger l’instant bienheureux où c’était moi, et moi seul, qui décidais de la vie et de la mort. » (p. 84)

Ma note : 3/5

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum