Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

VOTRE AVIS ?

LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_lcap0%LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_lcap100%LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_lcap0%LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_lcap0%LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_lcap0%LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Empty LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre

Message par Jennifer3121990 le Ven 26 Avr 2013 - 23:29

LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre La-fon10

Résumé

La Fontaine est le plus célèbre inconnu de notre patrimoine littéraire. Nous avons tous quelques vers de ses fables en tête et pourtant, nous ne savons presque rien de sa vie ni de l’homme qu’il était.

À 71 ans, peu avant sa mort, La Fontaine a mystérieusement accepté de se confesser durant six semaines auprès d’un jeune abbé. À la faveur de cet épisode historique, Gilles de Becdelièvre, grâce aux écrits et témoignages des contemporains du poète, nous dévoile un personnage totalement surprenant : oisif, sensuel, subversif, authentique marginal, à l’opposé du portrait attendu d’un géant des lettres classiques.

Au cœur d’un siècle inouï, La Fontaine prend avec constance les mauvaises décisions et s’en délecte, entouré de ses compagnons Racine, Boileau, Molière, La Bruyère, Perrault, génies fulgurants qui s’amusent à son contact et sont fascinés par son incroyable liberté. Comme ses admirateurs, la marquise de Sévigné, Madame de La Fayette ou les puissants, Louis XiV, Colbert, Fouquet, qu’il côtoie sans jamais véritablement se plier à leurs attentes.

Editions Télémaque
Date de parution : 18 octobre 2012
15,2 x 23,5 cm
256 pages
21 €



Dernière édition par Jennifer3121990 le Sam 27 Avr 2013 - 0:04, édité 1 fois

Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre Empty Re: LA FONTAINE - ULTIME CONFESSION de Gilles de Becdelièvre

Message par Jennifer3121990 le Sam 27 Avr 2013 - 0:03


Mon avis :

Gilles de Becdelièvre est passionné par le XVII et le XVIIIème siècle. Depuis près de vingt ans, il vit auprès de Jean de La Fontaine grâce à la littérature et c'est à juste titre qu'il peut affirmer connaître toute la vie du fabuliste par coeur - du moins, tout ce que l'on est en mesure de connaître de sa vie grâce aux écrits qui ont traversé les siècles.
Qui ne connait pas quelques vers du célèbre écrivain ? Moi-même, je récite avec grand plaisir quelques unes de ses fables ! Mais combien d'entre-nous peuvent affirmer connaître le caractère qui animait Jean de La Fontaine ? Au-delà de l'écrivain, quel homme était-il ? Comment se définissait-il lui-même ?
Afin de répondre à cette question, Gilles de Becdelièvre a souhaité écrire autour d'un fait véridique mais très peu connu : Jean de la Fontaine, à l'âge de 71 ans, malade et condamné par ses médecins à une mort imminente, pris la décision de se confesser à l'abbé Pouget et au-travers de ce repentir, l'écrivain et l'homme qu'il était entreprirent de se dévoiler. Cependant, Gilles de Becdelièvre ne souhaitait pas romancer ces aveux : Jean de La Fontaine lui-même, malgré ses nombreux défauts, était tout en franchise et en honnêteté. Ainsi, l'auteur de cette Ultime Confession a souhaité restituer sans fioriture celui qu'était Jean de La Fontaine et c'est pourquoi il définit son ouvrage comme une biographie scénarisée, car nourrie des nombreux témoignages recueillis auprès des contemporains du fabuliste.

"La silhouette s'avance dans l'allée centrale jusqu'à la nef, dépasse un bénitier en pierre polie et va s'asseoir dans le choeur. Le service des matines a commencé. Destiné à sanctifier le temps de la nuit, c'est une psalmodie qui alterne la récitation de lectures saintes entrecoupée de psaumes chantés. Sinistre.
L'abbé Coignet marmonne son latin. Vêtu de ses ornements sacerdotaux, le visage empreint d'une gravité toute solennelle, l’ecclésiastique, les yeux levés au ciel, se tient les mains croisées. Derrière lui, un enfant de choeur répand, à grands coups d'encensoir, des nuages d'encens tandis qu'un autre secoue furieusement une ribambelle de clochettes.
Dans un coin du choeur, un quarteron de nonnettes observe l'arrivée branlante du bonhomme, intrigué par son habit négligé et ses bas effilochés.
Enlevant son chapeau, le vieil homme découvre un front immense, un long nez tout veiné de bleu, un faciès bilieux et des joues caves.
Il se gratte la tête. Sans doute que sous la perruque, la teigne champignonne.
Les nonnettes font la grimace : elles le voient crachoter dans un mouchoir à la couleur douteuse et croient sentir l'odeur de chien malpropre qu'il répand autour de lui. Sa physionomie a quelque chose de rebutant.
-Qui est ce monsieur ? (...)
-C'est Monsieur de La Fontaine."

Ma lecture de cet ouvrage fut étonnamment très agréable et rapide. En effet, la plupart des oeuvres biographiques privilégiant la véracité des faits aux éléments romancés en deviennent extrêmement ennuyeuses car elles ne parviennent pas à éviter une fâcheuse énumération de faits et d'événements - certes nécessaire, mais ô combien difficile à lire. Dénuée de poésie et d'autres douceurs littéraires, la réalité ainsi racontée est abrupte et le récit agresse l'esprit du lecteur. Or, Gilles de Becdelièvre propose une biographie respectueuse de la vérité qui déroge à l'ennui ! L'existence de Jean de la Fontaine n'est pas romancée, toutefois l'écrivain s'est attaché à débuter chacun de ses chapitres par de jolies descriptions du Paris de l'époque : les bâtisses, les ruelles, le ciel parisien ou encore les habitants de la capitale sont tendrement racontés. Car il y a de la tendresse dans la passion que l'écrivain voue au XVIIème siècle ! Ces descriptions soignées et attentives permettent de contextualiser avec facilité le récit et offrent de belles images du Paris d'antan, ainsi qu'un peu de douceur et de légèreté à un texte aiguisé par la véracité des mots. Par ailleurs, l'auteur ne s'est pas contenté de ré-écrire les témoignages des proches de La Fontaine, il a fait le choix audacieux de les mettre en scène ! Ainsi Jean Racine, François de Maucroix, Charles Perrault, Madame de la Fayette, la marquise de Sévigné, Nicolas Boileau-Despréaux et quelques autres illustres contemporains du fabuliste deviennent des acteurs de cette Ultime Confession : leurs écrits sont habilement déguisés en dialogue échangés avec le jeune confesseur de La Fontaine, l'abbé Pouget, qui arpente les rues de Paris afin de rencontrer l'une ou l'autre des précieuses connaissances de l'écrivain, ceci dans l'espoir d'enrichir et d'éclairer la confession de ce dernier. Il s'agit donc d'une biographie vivante et très bien pensée, car elle permet d'amener en douceur de nombreux témoignages de la vie du fabuliste et d'intéressantes réflexions à propos du caractère de ce dernier.

"-"Belle paresse est tout son vice"...Est-ce donc vrai ?
-Plus que vous ne l'imaginez ! Si, en la matière, je ne vaux guère mieux, je dois reconnaître que j'ai trouvé là un maître. Il disait n'avoir aucune disposition en rien, sauf une disposition insurmontable à ne rien faire.
-Vous le croyez ?
-Difficile de ne pas s'en apercevoir. Un jour, la duchesse de Bouillon, qui se rendait à Versailles, croise La Fontaine assis sous un arbre. S'en revenant le soir même, elle le découvre au même endroit et dans la même position... Elle se persuada qu'il aimait travailler ses Fables de la sorte. C'est faux.
-Que faisait-il ?
-Rien... Et si vous insistiez, il vous répondait : "Ne point errer est chose au-dessus de mes forces...""

Outre ces choix narratifs heureux, la plume de Gilles de Becdelièvre est très étudiée et plonge complètement le lecteur dans le XVIIème siècle. Le vocabulaire employé ainsi que la syntaxe respectent l'époque évoquée et les nombreux dialogues sont très représentatifs des personnages, à tel point que les conversations ne semblent pas des produits de l'esprit, mais plutôt une transcription fidèle de rencontres s'étant réellement produites. Le texte se nourrit de très nombreuses citations qui sont adroitement glissées dans les échanges verbaux, ainsi le lecteur peut lui-même s'assurer de la véracité du récit. Cette Ultime confession est donc entièrement basée sur des écrits qui ont traversé les siècles, et tout l'intérêt de cet ouvrage est de proposer au lecteur une construction intelligente qui regroupe des éléments enrichissants extraits de ces textes et dont la mise en scène, simple mais efficace, permet leur facile compréhension.

L'intelligence du récit sert efficacement les ambitions de cette biographie puisque, au terme de cette lecture, le lecteur est capable de se répondre et d'imaginer Jean de la Fontaine tel qu'il était : un homme dénué d'ambition qui se complaisait à ne rien faire, mais également un homme talentueux d'une rare franchise. Cependant, comme il est impossible de résumer un homme d'une telle envergure en quelques mots et que je n'ai pas le talent que possède Gilles de Becdelièvre pour raconter cet incroyable personnage, je vous recommande vivement la lecture de cette Ultime confession ainsi que de ses annexes, qui sont également très documentées et enrichissantes.

"La Fontaine désigne à l'abbé un feuillet posé à sa table.
-Lisez à haute voix.
L'abbé se racle la gorge.
"Jean s'en alla comme il était venu,
Mangea le fonds avec le revenu,
Tint les trésors chose peu nécessaire..."
Pouget s'étonne. Le poète s'agace.
-Continuez !
-"Quant à son temps, bien sut le dispenser :
Deux parts en fit, dont il voulait passer,
L'une à dormir, et l'autre à ne rien faire."
L'abbé le regarde, stupéfait. La feuille lui glisse des doigts. Elle vole légère, dans une sorte de va-et-vient, jusqu'à se poser silencieuse devant l'âtre de la cheminée.
-C'est mon épitaphe. Il n'y aura point de calomnie. Et les commères se le tiendront pour dit !"



Jennifer3121990
Plume de velours
Plume de velours

Féminin Age : 28
Messages : 314
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation Cléden-Cap-Sizun

http://www.reveries-litteraires.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum