Club de Lecture
Club de Lecture c'est un forum pour discuter de nos lectures mais aussi :

- + de 10 000 Livres référencés
- 1 Lecture commune "Traditionnelle" bimestrielle
- 1 Lecture commune "Nouvelles Tendances" bimestrielle
- 1 Défi Lecture bimensuel
- des Challenges
- des Concours
- des Livres voyageurs
- des Braderies
- des Swaps
[...] et encore plein de surprises !

N'hésitez pas à venir nous rejoindre...

Bonne visite à tous !

BELLE DU SEIGNEUR de Albert Cohen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avez-vous aimé ce livre?

0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 0

BELLE DU SEIGNEUR de Albert Cohen

Message par echo49 le Sam 26 Jan 2013 - 18:02



Résumé


«Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d'eux seuls préoccupés, goûtaient l'un à l'autre, soigneux, profonds, perdus. Béate d'être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s'admirant dans les hautes glaces des murs, élégante, émouvante, exceptionnelle, femme aimée, parfois reculant la tête pour mieux le voir qui lui murmurait des merveilles point toujours comprises, car elle le regardait trop, mais toujours de toute son âme approuvées, qui lui murmurait qu'ils étaient amoureux, et elle avait alors un impalpable rire tremblé, voilà, oui, c'était cela, amoureux, et il lui murmurait qu'il se mourait de baiser et bénir les longs cils recourbés, mais non pas ici, plus tard, lorsqu'ils seraient seuls, et alors elle murmurait qu'ils avaient toute la vie, et soudain elle avait peur de lui avoir déplu, trop sûre d'elle, mais non, ô bonheur, il lui souriait et contre lui la gardait et murmurait que tous les soirs ils se verraient.»Ariane devant son seigneur, son maître, son aimé Solal, tous deux entourés d'une foule de comparses : ce roman n'est rien de moins que le chef-d'œuvre de la littérature amoureuse de notre époque.




Date de parution: 12 février 1998
Editeur: Folio
Présentation: Broché
Nb. de page: 1109 pages

avatar
echo49
Plume de cashmere
Plume de cashmere

Féminin Age : 32
Messages : 1143
Date d'inscription : 29/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Mais qu'est-ce qu'elles ont toutes avec ce bouquin ?

Message par Invité le Dim 27 Jan 2013 - 7:48

Dans sa chambre, l’habituel cérémonial. Porte fermée à clef, volets fermés, rideaux tirés, boule de cire pour supprimer les bruits du dehors, tous les bruits de non-amour. La lampe de chevet allumée, elle s’étendait sur le lit, arrangeait l’oreiller. Non, ne pas lire encore, faire durer le plaisir. Voir un peu l’enveloppe d’abord. Belle enveloppe solide, sans l’affreux doublage intérieur. Très bien. Et il avait collé le timbre soigneusement, pas sens dessus dessous, tout droit, juste au bon endroit, avec amour voilà. Oui, parfaitement, c’était une preuve d’amour. Elle regardait la lettre de loin, sans la lire. Ainsi lorsqu’elle était une petite fille, elle considérait le biscuit Petit Beurre avant de manger. Non, ne pas lire, attendre encore. Elle est à ma disposition, mais il faut que je meure d’envie de la lire. Regardons un peu l’adresse. Il a pensé à moi en écrivant mon nom, et parce qu’il a dû mettre madame qui fait honorable, décent, il a peut-être pensé par contraste à moi nue, si belle, qu’il à vue de tous les côtés. Maintenant regardons un peu le papier, mais du côté pas écrit. Papier très beau, japon peut-être. Non, le papier ne sent rien. Il sent la netteté, la propreté absolue, un papier viril, voilà.
Soudain, elle n’en pouvait plus. C’était alors une lecture minutieuse et lente, une étude de la lettre, avec des arrêts pour méditer, pour se représenter, les yeux fermés, et sur les lèvres un sourire un peu idiot, un peu divin.



Mais comment expliquer cette étrange fascination des femmes pour ce roman, Belle du Seigneur ? À les entendre, il s’agirait là du Grand-Roman-sur-la-Passion-Amoureuse du siècle, un peu ce que furent Les Misérables sur la pauvreté, Germinal sur la mine, le Voyage au bout de la nuit sur la guerre, Les 120 journées de Sodome sur… Euh, pardon, je m’égare... Donc, par quelle bizarre alchimie ce bouquin est-il devenu l’œuvre culte, le livre fétiche des 82% des femmes peuplant cette planète (les 18% restant appartenant sans doute aux populations encore non alphabétisées) ? Car enfin, qu’avons-nous là ? Oui, parfaitement, un énorme, énorme ouvrage que j’ai, par curiosité, puis à cause du harcèlement incessant de mes copines, commencé et recommencé maintes fois, sans jamais parvenir à dépasser la page quatre-vingt-dix, et encore, avec moult bâillements, soupirs et agacements… À chaque fois, il me tombait des mains, et comme c’est un très gros pavé, il me faisait très mal au pied comme disait l’autre. Et pourtant, avec bravoure, à chaque nouvelle rencontre amicale ou amoureuse, ce fichu bouquin revenait sur le tapis. Je me disais non, ne pas lire, attendre encore… Et puis soudain je m’y mettais, voilà. Et rebelote la fois suivante. J’attaquais à nouveau, dans ma chambre, porte fermée à clé, volets clos (ça évite la lourde répétition de « fermé » lignes 1 et 2), la lampe de chevet allumée, m’allongeais sur le lit, arrangeais l’oreiller (Dieu que c’est lourdingue) et ouvrais finalement la première page. Non, ne pas lire encore, retarder le moment de l’épreuve. Et puis si ! Vas-y ma fille, un peu de courage, on te posera des questions dessus, on te demandera si tu as aimé… Commence alors une lecture laborieuse et lente de la chose, avec des arrêts pour se reposer et, sur les lèvres, un sourire un peu vicelard à chaque lourdeur de style, lesquelles ne manquent pas, une moue ennuyée tout le long des infinies descriptions des sentiments de l’héroïne, « et je suis si contente, et comme je suis malheureuse, et il est si beau, et gnagnagna, et gnagnagna », tout cela entrecoupé d’interminables passages généalogiques, sans compter la pénible description d’un pauvre type qui travaille à l’ONU, si ma mémoire est bonne, ou au Crédit Agricole, ou peut-être chez Darty, je ne sais plus, qu’importe, on sait depuis le début qu’elle va le quitter tant il est minable, et qu’elle va coucher avec l’autre, le Solal, dont elle est éperdument amoureuse, et gnagnagna… À présent, regardons un peu ce qui arrive, observons le lecteur, car il approche de la page fatidique, la page quatre vingt dix. Il transpire, souffle, s’ennuie. Il meurt d’envie de balancer ce machin aux lignes devenues floues par la fenêtre. Mais non. Elle est fermée et les volets clos, rappelons-le. Il n’en peut plus, il pense aux Liaisons dangereuses, aux Mémoires de Casanova qu’il a lu mainte fois avec autant de plaisir. Il pense qu’il préférerait tout compte fait s’envoyer la Critique de la Raison Pure dans le texte, sur une plage aoûtienne, en plein cagnard et sans parasol, après avoir mangé une choucroute-purée... Alors, il craque, voilà. Oui, parfaitement, il abandonne, il baisse les bras, ouvre la fenêtre et les volets - ce qui n’est pas pratique lorsqu’on a les bras baissés, admettons-le. Très bien. Une fois de plus, il a perdu la partie, devra mentir, prétendre qu’il a beaucoup aimé, pour faire plaisir. Ou bien non. Il se la jouera Solal, à la provoc, annonçant carrément que c’est nul, gnangnan, pétri de bouffissures stylistiques et d’effets que seuls Philippe Solers ou Christine Angot se permettent encore, et qu’à tout prendre, quitte à s’emmerder en lisant, autant acheter Philippe Delerm ou Christian Bobin, c’est plus court et c’est moins cher, voilà. Il ajoutera, méprisant, que c’est vraiment un bouquin pour les gonzesses. Mais en son fort intérieur, il continuera de se poser l’angoissante, la lancinante question, chaque soir, avant de s’endormir, fenêtre fermée et volets clos : « MAIS QU’EST-CE QU’ELLES ONT TOUTES AVEC CE PUTAIN DE LIVRE ? ? ? ! ! ! »

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BELLE DU SEIGNEUR de Albert Cohen

Message par Invité le Ven 6 Juin 2014 - 15:41

La belle du seigneur est un des livres à lire, il raconte une histoire d'amour peu ordinaire, ce roman peut plaire au sentimental, et on peut découvrir une nouvelle facette de soi un peu comme Gatsby le magnifique de Francis Scott Fitzgerald ce n'est pas si différent des feuilletons que l'on voit à la télévision. Mais le problème qui se pose souvent est que l'on n'aime pas ce livre ou que l'on est jamais arrivé à la terminer par rapport à la façon que l'auteur a d'écrire comme Balzac.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: BELLE DU SEIGNEUR de Albert Cohen

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum